Tempêtes et dégâts forestiers récents dans le Sud-Ouest de la France

Les tempêtes de 1999 et 2009 ont surpris par l’ampleur de leur force et par les dégâts occasionnés. Parmi ceux-ci, les dommages forestiers sont considérés par beaucoup comme les plus graves. Ils ont entraîné une refonte partielle de la politique forestière locale à court ou plus long terme.

I- Le contexte météorologique

A- Lothar et Martin

figure 1 : Trajets des centres  dépressionnaires des tempêtes Lothar, Martin et Klaus.

La genèse des tempêtes Lothar (26 décembre 1999) et Martin (27 décembre 1999) fait apparaître de grandes similitudes. Elles se placent toutes deux dans un contexte isobarique dominé depuis le 3 décembre 1999 par une circulation zonale extrêmement  rapide, d’ouest en est, établie sur l’Atlantique nord. Les vents mesurés en altitude au sein des jets vers 8000 – 9000 m d’altitude soufflaient à plus de 350 km/h pour Lothar (ce qui correspond au double des valeurs habituellement enregistrées : L. Whal, 2000), et ont atteint 529 km/h (M.C. Baleste et al., 2001) pour Martin.

Par ailleurs, ces tempêtes se sont caractérisées par des centres dépressionnaires très marqués (980 hPa pour Lothar et 964 hPa pour Martin), mais de petite taille (300 km de diamètre pour Lothar), et avec un  déplacement très rapide (plus de 100 km/h dans la nuit du 25 au 26 pour Lothar). Enfin, à la surprise générale, le système, en continuant sa progression à l’intérieur des terres, ne s’est comblé que très lentement. Suite à ces tempêtes, un système de vigilance météorologique a été mis en place en octobre 2001 (le niveau d’alerte maximale étant de couleur rouge).

B- Klaus

La tempête Klaus a balayé l’ensemble des départements du sud-ouest à partir de la deuxième moitié de la nuit du 23 au 24 janvier 2009 et pendant toute la journée du 24 janvier. Son intensité, exceptionnelle, était comparable à celle des deux tempêtes de décembre 1999. Les vents ont en effet atteint des niveaux équivalents à ceux de la tempête Martin du 27 décembre 1999 qui avait frappé le sud du pays, et au cours de laquelle des rafales de 175 à 198 km/h avaient été observées à Saint-Denis d’Oléron. Le 24 janvier 2009, les rafales ont atteint 161km/h à Bordeaux. Elles ont approché 170 km/h sur les côtes atlantiques et dépassé 190 km/h sur le littoral méditerranéen de l’Aude et des Pyrénées-Orientales.

II- Des tempêtes dans l’histoire : quel lien entre réchauffement climatique et fréquence des tempêtes ?

Pendant très longtemps, il n’a pas existé d’inventaire exhaustif des tempêtes en France remontant sur plusieurs siècles. Depuis 1999, Météo France a développé une Base de Données d’Évènements Marquants (BDEM). On peut y ajouter les événements décrits dans la revue MetMar, éditée par Météo France depuis 1953 . Depuis cette période les travaux historiques se sont multipliés, apportant de
l’épaisseur temporelle aux recherches engagées par Météo France.

figure 2 : Nombre de tempêtes ayant frappé la France depuis le XVIIIe siècle (sources : P. Bessemoulin, Note de fin n° 3, et E. Garnier : Les tempêtes des siècles, L’Histoire, N° 341, Avril 2009).

Le second problème dans le recensement des tempêtes tient à la méthodologie de classification des événements avec vent fort. L’échelle de Beaufort a été créée au début du XIXe siècle par les marins pour caractériser la force du vent. Mais ce n’est que beaucoup plus tard qu’elle a été adaptée aux surfaces continentales et qu’un lien a été fait avec les effets du vent sur la végétation, les bâtiments…

Le qualificatif de « tempête » s’applique pour des vents moyens compris entre 89 et 102 km/h (force 10), celui de forte tempête à la gamme 103 à 117 km/h (force 11) et celui d’ouragan (force 12) au delà. La notion de tempête implique également une certaine extension spatiale. Les historiens du climat en sont donc réduits le plus souvent à apprécier une tempête par la description de ses dégâts.

On voit bien d’après la figure 2 quelques limites de la méthode historique ; d’une part, les auteurs ne recensent pas nécessairement la même chose. E. Garnier a établi un recensement en traduisant les événements sur l’échelle de Beaufort en fonction des dégâts occasionnés et relevés dans les archives. Pour P. Bessemoulin, le recensement est d’abord statistique sur la dernière période ; pour les périodes les plus anciennes, le relevé porte sur les événements qui ont fortement marqué les mémoires collectives, sans que de gros dégâts soient nécessairement signalés.

D’autre part, selon E. Garnier, il y a toujours eu des tempêtes importantes en France, le XVIIIe siècle étant le plus fourni ; l’auteur reconnaît toutefois, un plus grand nombre de tempêtes de force supérieure à 10 sur l’échelle de Beaufort depuis le début des années 1960. Il attribue ce phénomène au réchauffement climatique. Au contraire, P. Bessemoulin considère que rien ne permet en l’état actuel des choses de faire le lien entre une hypothétique plus grande occurrence des tempêtes et le réchauffement climatique.

Une autre méthode pourrait consister à tenter d’établir un classement en ne prenant en considération que les dégâts provoqués sur la forêt. C’est ce qu’a tenté D. Doll. On constate bien que les tempêtes des trente dernières années ont globalement provoqué les plus gros dégâts, mais il faudrait bien se garder d’en tirer des conclusions hâtives ; en effet E. Garnier montre que, dans le passé, certains épisodes ont provoqué de graves dommages dans la forêt française.

« En résumé, on ne dispose pas actuellement d’éléments permettant d’assurer que les événements catastrophiques récents sont la marque du changement climatique, mais lorsqu’il sera plus accentué, il n’est pas invraisemblable d’affirmer qu’on puisse observer une augmentation des événements extrêmes » (Garnier, 2010).

III- Des dégâts considérables pour un nouveau départ ?

Les tempêtes Lothar et Martin, qui ont frappé l’Europe en décembre 1999, se classent parmi les cinq tempêtes les plus marquantes des trente dernières années. Les dommages indemnisés  correspondants s’élèvent, en France, à près de 6,9 milliards d’euros, un record absolu pour les assureurs . En ce qui concerne la tempête Klaus, les dégâts sont tout aussi considérables ; le nombre de victimes tuées directement ou indirectement est de 31 personnes en Europe, dont 12 en France, 15 en Espagne, 4 en Italie. A cela il faut ajouter un nombre considérable de foyers privés d’électricité pendant un temps plus ou moins long (le 24 janvier 2009 : 821 000 en Aquitaine, 477 000 en Midi-Pyrénées, 362 000 en Languedoc-Roussillon, 85 000 en Poitou-Charentes…), des lignes téléphoniques
coupées, des inondations…

figure 3 : Les tempêtes ayant provoqué le plus de dommages forestiers en France (source : P. Bessemoulin : Les tempêtes en France, Annales des Mines, Août 2002).

A- Evaluation, répartition des chablis et augmentation de la récolte de bois

Si la tempête Lothar a surtout affecté la moitié nord de la France, de la Normandie à la Lorraine en passant par l’Île de France, Martin s’est surtout traduite par de gros dégâts dans la région Poitou-Charentes ainsi que dans le Médoc, le massif landais et jusque dans le Limousin ; quant à Klaus, le plus gros des destructions en matière forestière s’est concentré sur le massif landais, mais il a balayé l’ensemble du sud-ouest français. Des évaluations volumétriques des dégâts ont été opérées par l’IFN (Inventaire Forestier National). Elles montrent que dans tous les cas, Lothar (avec un volume estimé de chablis de 75 923 000 m3 soit 3,84 % de la totalité de la forêt française), Martin (62 382 000 m3 soit 3,16 % de la forêt) et Klaus (43 300 000 m3 soit 2,2 % de la forêt) semble constituer les trois ouragans les plus terribles de mémoire d’homme en matière de destruction forestière.

La première conséquence des tempêtes a été une augmentation considérable de la récolte de bois, la première priorité des exploitants ayant été d’utiliser le plus rapidement possible le bois des chablis. Les tempêtes de 1999 ont provoqué une forte augmentation de l’activité en Gironde (en vert foncé), alors que la tempête Klaus s’est accompagnée d’une explosion de l’activité dans les Landes (en vert clair ; figure 4). La valorisation de cette récolte a pu passer par de nouvelles orientations comme la promotion de la filière bois-énergie.

figure 4 : Volume de bois exploité en Gironde et dans les Landes de 1996 à 2010 (source : données statistiques Agreste Aquitaine, N° 45, Octobre 2011).

B- La mise en place d’une nouvelle politique de gestion forestière

Au-delà de la nécessité de récolter au plus vite le bois de chablis, les tempêtes ont entraîné la mise en place d’une nouvelle politique de gestion forestière ; en simplifiant, on peut considérer que cette dernière tourne autour de quatre axes principaux. A court terme il s’agit de préserver la santé des forêts en luttant contre les parasites qui ne manquent pas de se développer lorsque celles-ci sont fragilisées. Les ennemis principaux des arbres sont la chenille processionnaire et le scolyte (Ips sexdentatus) surnommé aussi « sténographe ». La lutte passe dans ce cas par des épandages d’insecticide sur le bois coupé, ou par la multiplication des staphyllins prédateurs naturels du scolyte pour les arbres sur pied. Concernant la chenille processionnaire, plusieurs types de traitement sont possibles.

La seconde priorité à court terme était de lutter contre les risques d’incendies, considérablement accrus par la multiplication des chablis. Pour cela, l’État a pris en charge l’intégralité du déblaiement des pistes DFCI (Défense des Forêts Contre l’Incendie).

La troisième priorité à court terme était de créer des aires de stockage du bois récolté. Le stockage des bois par voie humide ou à sec est assurément la mesure la plus spectaculaire du plan gouvernemental ” tempête “. Cette solution avait déjà été expérimentée à la suite de la tempête de 1999. Pour la seule année 2009, 47 sites d’entreposage ont été formalisés ; gérés par la DRAF (Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt), ils autorisent une capacité de stockage de 10 millions de m3 environ. Le mode de conservation repose en majorité sur le principe de l’arrosage à
l’aide d’asperseurs rotatifs ou de canons à eau de type agricole.

Des bassins de récupération des eaux assurent un fonctionnement en circuit fermé, seule l’eau de rechargement est extraite ponctuellement de la nappe. Au total, le massif landais abrite aujourd’hui
14 sites de stockage sec pour un tonnage global de 1,05 million de tonnes, et 33 sites par aspersion pour un tonnage de 6,604 millions de tonnes.

C- Quel avenir pour la forêt ?

A plus long terme, c’est à une véritable restructuration de la forêt que les acteurs de la filière ont à faire face. Si, dans un premier temps, la reconstitution des parcelles sinistrées et le reboisement
semblent la priorité absolue, il est aussi normal de s’interroger sur la durabilité de la forêt de pins maritimes, face à une occurrence de tempête rapprochée.

figure 5 : Les stations de stockage de bois dans le massif landais au 31/12/2011 (source : Ministère de l’Agriculture).

Pour apprécier l’avenir de la forêt, il faudrait évaluer les changements climatiques à venir. Si l’on s’en tient à l’Aquitaine, on sait que depuis un siècle, le réchauffement climatique moyen est de l’ordre de + 1,1 °C (en fait + 1,3 °C pour les minimales et + 0,9 °C pour les maximales). Selon le GIEC, et en application du scénario Arpège de Météo France, on peut escompter d’ici à 2050 une élévation de la température moyenne d’hiver de + 2,6°C (par rapport à la situation actuelle) et de + 4,4°C en été.

Ces modifications se traduiraient par des hivers plus humides, et inversement, par des étés plus secs et probablement des épisodes caniculaires plus fréquents. Globalement cependant, le contexte climatique restera assez favorable à la production forestière, au moins pendant cette première moitié de siècle, le risque le plus important étant celui des canicules et de l’aléa incendie, ainsi que des sécheresses.

La seconde question, plus secondaire sans doute, consiste à savoir que faire des parties détruites et non réaffectées à la sylviculture. On sait qu’une partie va à l’urbanisation qui progresse en Gironde à une vitesse d’environ 300 hectares par an. La forêt a aussi fait l’objet de nombreuses demandes d’installation de centrales solaires de panneaux photovoltaïques (centrale du Gabardan sur 317 hectares et centrale de Villeneuve-de-Marsan sur 23 hectares). La troisième solution serait de consacrer les espaces rendus libres à l’agriculture. Les collectivités territoriales sont cependant défavorables à cette option ; elles invoquent le fait que les cultures en place de maïs, légumes, fruits ou bulbes de plein champ ont de nombreux effets négatifs en matière de pollution des eaux et de biodiversité en particulier. La dernière option est la renaturation ; elle semble difficile à envisager dans les secteurs jusque là consacrés à la sylviculture intensive.

Enfin, dernier problème : comment reconstituer les plantations et avec quelles essences ? Autrement dit, est-il légitime de vouloir persister à cultiver le pin maritime ? La forêt des Landes telle qu’elle a été établie, au XIXe siècle pour l’essentiel, est en effet soumise à un double danger ; d’une part, le danger sanitaire (on connaît le cas de la forêt du massif de l’Estérel détruite par Matsucoccus en 1956, et celui de la forêt de pins espagnole attaquée par les nématodes) et d’autre part, le danger d’une nouvelle tempête. Les alternatives à la forêt de pins maritimes sont peu nombreuses. L’eucalyptus semble intéressant pour l’industrie de la pâte à papier, mais apparaît sensible au gel. Le chêne liège pourrait profiter du renouveau de la demande, mais il est envisageable uniquement comme espèce secondaire. Le chêne atlantique est favorisé au maximum pour assurer la mixité des plantations mais ne peut être considéré lui aussi que comme espèce secondaire. Finalement les spécialistes s’accordent à dire que les seules alternatives crédibles reposent sur le pin taeda et le robinier (faux acacia). Les plantations de robiniers représentent, approximativement, 30 000 hectares dans la région dont 8 à 9 000 en Gironde ; toutefois, ces plantations doivent être réservées aux meilleures stations sur les marges aux sols riches de la lande mésophile.

› Références bibliographiques :

Bessemoulin P., 2002. Les tempêtes en France, Annales des Mines, Août, pp. 9-14.

Bessemoulin P., 2002. Aspects méthodologiques et historiques des tempêtes et des chablis, Dossiers de l’environnement de l’INRA, N° 20, p. 37.

Birot Y., Landmann G., Bonhême I., 2009 – La forêt face aux tempêtes, Quae, 448 p.

Corvol-Dessert A., 2005. Tempêtes sur la forêt française : XVIe–XXe siècles, Harmattan, 218 p.

Doll D., 1991. Histoire des grandes tempêtes dans les forêts d’Europe occidentale, La Forêt privée (Rev), N° 198, pp. 60-70, et N° 199, pp. 58-74.

Garnier E., 2010. Les dérangements du temps : 500 ans de chaud et de froid en Europe, Plon, 256 p.

Garnier E. et Surville F. (dir.), 2010. La tempête Xynthia face à l’histoire. Submersions et tsunamis sur les littoraux français du Moyen Age à nos jours, Le Croît Vif, Saintes, 176 p.

Infos DRAF, 2010. Spécial tempête 2009, N°39, Premier trimestre. Journal Sud-Ouest du 14 mars 2011.

Lafitte J. et Lerat J.F., 2009. Reconstitution des peuplements forestiers détruits par la tempête du 24 janvier 2009, Rapport, 81 p.

› Webographie :

http://physio-geo.revues.org/

http://france.meteofrance.com/

http://www.notre-planete.info/

http://fr.wikipedia.org/

http://www.ffsa.fr/

http://www.saint-justin.eu/

http://ddsv33.agriculture.gouv.fr/

Michel Mouton

Université de Bordeaux

Citer cet article comme : Michel Mouton, Tempêtes et dégâts forestiers récents dans le Sud-Ouest de la France, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 18/06/2018, https://dei.hypotheses.org/1080.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search