Géohistoire des risques naturels

Numéro spécial de Physio-Géo – Géographie Physique et Environnement

Ce numéro spécial s’intéresse à la géohistoire des risques naturels. Il fait suite à un séminaire organisé le 30 janvier 2018 à l’École Normale Supérieure, dans le cadre des activités du centre de formation sur l’environnement et la société (CERES). Ce numéro a pour objectif de réunir les contributions de chercheurs francophones autour des axes de recherche définis ci-dessous. Les textes seront publiés en 2019.

Avalanches, inondations, submersions marines, sécheresses, séismes, éruptions volcaniques, tempêtes et cyclones sont à l’origine de risques et de catastrophes, dont l’histoire a déjà été bien documentée (R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET, 2000). Les spatialiser permet de mieux prendre en compte l’emprise de tel ou tel événement passé, mais peut aussi montrer à quel point les échelles de l’aléa ne correspondent pas aux échelles des vulnérabilités. Le croisement des échelles spatiales et temporelles permet d’identifier des territoires du risque qui fluctuent dans le temps et l’espace, selon les événements et la mémoire qu’ils nourrissent, selon aussi les aménagements anthropiques.

L’objectif de ce numéro est de proposer une réflexion méthodologique sur l’intérêt d’une approche géohistorique des risques. Nous entendons la géohistoire “comme l’étude des rapports dialectiques entre l’évolution des milieux naturels et l’évolution des sociétés humaines et permettant de confronter les échelles spatiales et temporelles” (M. FRANCHOMME et al., 2014). Cette réflexion s’inscrit dans la lignée plus large des travaux réalisés en géohistoire de l’environnement et des paysages, qui ont pu être par exemple présentés récemment dans un colloque à Toulouse organisé par le laboratoire GEODE (octobre 2016). Mobilisée à travers le prisme des risques naturels, la géohistoire permet de mettre en lumière des vulnérabilités, des réponses et des stratégies d’adaptation, différenciées dans l’espace et le temps (C.H. MATHIS et al., 2016).

Les articles devront être rédigés pour le 30 novembre 2018 et respecter les consignes aux auteurs (http://journals.openedition.org/physio-geo/210#tocto1n2). Ils seront révisés par deux relecteurs. Si les études de cas territorialisées sont les bienvenues, les articles devront insister sur les dimensions méthodologiques en développant les apports théoriques, heuristiques mais aussi opérationnels de la géohistoire, en présentant aussi ses éventuelles limites. La question des sources, des échelles, des outils ou encore des productions sont au centre du questionnement.

Les contributeurs souhaitant rejoindre ce numéro sont invités à prendre contact avec les responsables du numéro d’ici le 30 avril 2018, Alexis METZGER, ATER au CERES à l’ENS (alexis.metzger@ens.fr) et Magali REGHEZZA, Maître de Conférences HDR en géographie à l’ENS (magali.reghezza@ens.fr).

Le numéro pourra s’organiser autour des thèmes développés ci-dessous. Les auteurs sont libres de proposer un autre thème d’étude ou de participer aux réflexions autour d’un de ceuxci-après.

1) Les sources en géohistoire des risques naturels

Les articles étudieront ici les différentes sources (textes, images, mesures, cartes, histoires orales, fictions narratives…) qui sont utiles aux reconstructions géohistoriques des risques naturels. Seront envisagées les différentes méthodes d’analyse de ces sources, leur accessibilité, leur mise en commun dans des bases de données et leurs spécificités par rapport à d’autres recherches en géohistoire. En quoi un travail sur un type de risque donné mobilise-t-il certaines sources plus ou moins que d’autres risques ? Il sera aussi intéressant de discuter de la valorisation des sources pertinentes en géohistoire, telles que par exemple, la tradition orale.

2) La contextualisation en géohistoire des risques

Contextualisation de l’époque, du lieu, des vulnérabilités, des aléas à certains pas de temps… Autant d’informations indispensables à la géohistoire des risques. Quels états antérieurs à un événement existent ? Comment comparer des situations passées et actuelles au risque de l’anachronisme ? Comment la géohistoire des risques peut-elle intégrer à des enjeux contemporains l’étude d’événements du passé ? Les contextes produisent-ils des conceptualisations de risques différentes selon les lieux, les époques, les groupes sociaux ?

3) Les indices de sévérité pour comparer les occurrences de risques

Plusieurs indices existent et permettent de mesurer l’exposition des territoires dans le temps et calculer des périodes de retour. Il s’agit d’adopter une approche critique de ces indicateurs et de montrer ce que chacun apporte aux travaux en géohistoire des risques. Comment les comparer et les hiérarchiser grâce à ces indices ?

4) Chronologies géo-spatialisées, géochronologies des risques

Des compilations historiques d’événements dommageables existent. Elles rapportent des situations où le risque naturel s’est “réalisé” sous la forme d’une catastrophe. Mais plus rares sont les chronologies intégrant différentes strates spatiales des risques. Cet axe s’intéressera donc aux outils, bases de données et visualisations cartographiques, pour donner à voir des géochronologies de risques. Qu’est-ce précisément qu’une géochronologie ou une chronologie géo-spatialisée ? Quelles sont les méthodes mises en oeuvre et les sources utilisées pour leur élaboration ? Comment les fait-on “parler” ? De quelle manière les ruptures et évolutions observées sont-elles déchiffrées et contextualisées ? Cet axe questionnera les différences et similarités des approches existantes ainsi que leurs forces et faiblesses, en termes de méthodologie comme d’interprétation. Enfin, la réflexion sera l’occasion d’interroger la question de la spatialité, qui renvoie à différentes échelles, celle d’un événement ou de la répartition des événements sur un territoire.

5) Géohistoire des risques pour les citoyens et les acteurs des territoires aujourd’hui

Comment la géohistoire des risques peut-elle participer à la prévention des risques ? Les connaissances géohistoriques sont-elles mobilisées dans les politiques publiques ? On pourra ici interroger la notion de culture du risque ou s’intéresser aux nouveaux outils de gestion et de prévention, notamment les outils collaboratifs et/ou numériques, en montrant comment ils peuvent intégrer les catastrophes passées ou la mémoire des risques. La question de la cartographie des risques, déjà abondamment étudiée, pourra être réinterrogée à partir de la géohistoire. On pourra aussi s’intéresser aux freins et leviers dans la mobilisation dans les politiques publiques de connaissances issues de la géohistoire des risques : quels sont ceux qui ont pu être identifiés, quels retours d’expérience pour des collaborations entre chercheurs et gestionnaires ?

6) Géohistoire des risques et patrimoines

Il s’agit ici d’aborder la patrimonialisation des risques grâce à la géohistoire de ces derniers. On pourra envisager le patrimoine dans un sens très large, qu’il s’agisse de patrimoine matériel ou immatériel notamment. Outre la question de la patrimonialisation des ruines et des désastres, on pourra aussi questionner la patrimonialisation des infrastructures de protection, des traditions associées aux risques, des savoir-faire et des pratiques participant à la prévention ou à la résilience. On pourra également orienter la réflexion vers la question de l’art dans sa contribution à la patrimonialisation des catastrophes et des risques associés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search