La quête du pôle nord : l’expédition tragique de Salomon August Andrée (1897)

Le 6 août 1930, le navire chasseur de phoques Bratvaag aborde, grâce à un été particulièrement chaud, l’île de Kvitøya libérée de ses glaces. Son équipage, à la recherche d’eau, découvre les restes d’une expédition qui a eu lieu 33 ans plus tôt ; celle de Salomon August Andrée parti en ballon pour être le premier à atteindre le pôle Nord.

En 1897, le pôle Nord géographique est encore une terra incognita. Les tentatives pour l’atteindre sont nombreuses, or la plupart se soldent par un échec ainsi que de nombreuses pertes humaines et matérielles. Dans cette période de fort nationalisme, la course vers le pôle Nord est une manifestation de patriotisme. La Suède ne veut pas rester en retrait dans cette conquête, notamment par rapport à la Norvège. En effet, en 1895, l’expédition norvégienne de Fridtjof Nansen et de Hjalmar Johansen atteint un record de latitude nord de 86°13′.

L’ingénieur suédois Salomon August Andrée (1856-1897) propose, dans une conférence donnée en 1895 à l’Académie royale des sciences de Suède, de conquérir le pôle Nord en utilisant un mode de transport jamais utilisé jusqu’à présent dans l’exploration des pôles : le ballon à gaz (ou charlière). D’après les calculs de Salomon Andrée, le trajet depuis l’archipel du Svalbard jusqu’au pôle Nord ne devra pas durer plus d’une semaine et, grâce au soleil de minuit, des mesures pourront être prises 24 h sur 24 h. En fonction des vents, l’équipage continuera ensuite sa route vers la Sibérie ou vers le Canada. La durée de l’expédition sera donc courte, et surtout son coût humain sera faible par rapport à toutes les expéditions précédentes puisque seules trois personnes participeraient à l’expédition. En effet, environ 1 000 explorateurs se sont aventurés au XIXe siècle dans l’Arctique mais seulement un quart en sont revenus vivants (Wilkinson, 2012). La plus connue est sans doute l’expédition de Sir John Franklin parti à bord des HMS Erebus et HMS Terror, avec un équipage de 128 hommes à la recherche du Passage du Nord-Ouest (1845-1847) : aucun n’a survécu.

Des fonds sont collectés pour financer l’expédition et des personnalités, comme le roi Oscar II de Suède ou encore Alfred Nobel, y contribuent. Un ballon à hydrogène de 20,5 m de diamètre, composé de trois couches de soie, est commandé auprès du constructeur parisien Henri Lachambre et le départ de l’expédition est prévu en juillet 1896.

Pour diriger son ballon, Salomon Andrée imagine un système de guideropes, de lourdes cordes qui trainent sur le sol et ainsi ralentissent la vitesse du véhicule, qui peuvent être lâchées si besoin. En réduisant la vitesse du ballon afin qu’elle soit inférieure à celle du vent, la direction de l’aéronef peut être modifiée grâce à des voiles fixées latéralement au ballon. Ce dernier doit en théorie se comporter comme un voilier.

L’expédition et sa fin tragique

L’équipage du ballon, baptisé l’Örnen (l’Aigle), est alors constitué de Salomon August Andrée, du météorologue Nils Ekholm (1848-1923) et du physicien, chimiste et photographe Nils Strindberg (1872-1897). Pendant l’été 1896, les conditions météorologiques sont mauvaises et le ballon perd de l’hydrogène par les nombreux trous situés au niveau des coutures de l’enveloppe. Nils Ekholm, considérant que l’expédition est trop risquée, décide de se retirer. Il sera remplacé lors de la seconde tentative par l’ingénieur Knut Frænkel (1870-1897), responsable des relevés météorologiques (Figure 1).

Figure 1 : Portrait de Knut Fraenkel, Salomon August Andrée et Nils Strindberg avant leur expédition en 1897. (source : Tekniska museet)

Le 11 juillet 1897, la direction et la force du vent permettent le décollage du ballon. Malheureusement, il ne parvient pas à prendre une altitude suffisante, retenu au sol par les guideropes qui finissent par se détacher (Figure 2). Leur perte et l’abandon de ballast provoque alors une élévation du ballon à plus de 600 m, l’équipage doit alors intervenir à nouveau pour réduire l’altitude en libérant du gaz, gaz qui leur manquera dans la suite du voyage. En effet, au bout de 12 h de vol, l’altitude de la charlière ne dépasse plus 100 m et les contacts avec le sol deviennent fréquents. D’après les notes des explorateurs, le brouillard devient quasi permanent et s’accompagne de bruine. En passant sous les nuages, le gaz du ballon refroidit, lui faisant perdre de l’altitude. Les brouillards, la bruine et la température proche de 0 °C provoquent alors l’apparition d’une épaisse couche de givre sur le ballon qui ne peut pas fondre par manque d’exposition au soleil. D’après Salomon Andrée, le ballon doit voler à une altitude d’environ 250 m pour atteindre son objectif, ce qui ne sera finalement que rarement le cas.

Figure 2 : Le départ du ballon le 11 juillet 1897, les guideropes trainant dans la mer (source : Perspektivet Museum).

Pendant les douze premières heures, le ballon parcourt une distance de 400 km vers le nord-est. Favorable pendant la première partie du voyage, la direction et la force du vent deviennent beaucoup plus instables et faiblissent. Le 14 juillet 1897, après 33 h de vol, le ballon doit atterrir. L’équipage atteint la latitude nord de 82°56′ à une distance de 750 km du pôle Nord. La combinaison du poids trop élevé du ballon, de la couche de glace, et du refroidissement du gaz présent dans le ballon ont provoqué la fin du vol.

Figure 3 : Trajet de l’expédition Andrée : en trait continu, vol en ballon ; en pointillé, trajet sur la banquise.

Entre le 14 juillet et le 5 octobre, les trois explorateurs ont d’abord tenté de rejoindre cap Flora dans l’archipel François-Joseph : un trajet sur la banquise vers l’est, qui ne leur permet pas réellement d’avancer à cause de la dérive des glaces. Puis, ils se dirigent vers le sud vers les Sept Îles dans l’archipel du Svalbard (Figure 3). Ils disposent alors d’un équipement important constitué de fusils, de traineaux, de skis, d’un bateau, d’une tente, de vivres pour trois mois, de médicaments, d’instruments d’optique et d’un appareil photographique. Les photographies de Nils Strindberg et les journaux tenus par les trois explorateurs seront les derniers témoins de leur périple sur un terrain très difficile pour lequel ils ne disposaient pas d’un équipement adéquat et dont ils avaient une connaissance imparfaite. La banquise n’est que très rarement une couche de glace parfaitement plane adaptée aux traineaux beaucoup trop rigides dessinés par Salomon Andrée ! Contrairement à d’autres explorateurs des régions arctiques, il ne s’est pas inspiré des modes de vie des Inuits pour préparer son expédition (Figure 4).

Figure 4 : Après l’atterrissage du ballon, les trois explorateurs installent un premier campement (juillet 1897, source : Tekniska museet)

Leur avancée est trop lente et l’hiver approche : les trois explorateurs décident le 12 septembre de passer l’hiver sur la banquise près de l’île de Kvitøya (White Island) dans une cabane construite dans la neige et la glace. Or, le 2 octobre la banquise se brise sous leur abri ce qui les oblige à s’installer sur l’île dans un nouveau campement. Le dernier signe de vie des explorateurs date du 17 octobre 1897 où la situation ne semblait pas plus critique que celle des jours précédents. Malheureusement, aucune lettre d’adieu n’est trouvée.

Les squelettes de Salomon Andrée et de Nils Strindberg ainsi qu’une importante quantité de matériel et d’équipement ont été retrouvés par l’équipage et les scientifiques du Bratvaag le 6 août 1930. Le corps de Nils Strindberg est découvert, dans une crevasse, partiellement couvert de blocs de roches. Sans doute décédé en premier et enterré par ses deux compagnons. Quant à Salomon Andrée, il est mort sur le rocher situé au-dessus de leur tente.

Le 5 septembre de cette même année, l’Isbjørn, affrété par des journalistes dès l’annonce de la découverte des restes de l’expédition, atteint l’île. Le corps de Knut Frænkel est découvert dans les débris de la tente ainsi que les journaux tenus par les trois explorateurs et les pellicules photo retrouvées quasi intactes qui permettront de retracer toute l’histoire tragique de l’expédition.

De nombreuses théories sur les causes des décès.

En 1998, une expédition menée sous le patronat du Secrétariat suédois de la recherche polaire et de l’Académie royale des sciences sur l’île de Kvitøya permet de cartographier le campement de l’expédition Andrée et de démontrer que le choix du lieu du campement ne s’est pas fait au hasard. Les trois explorateurs se sont installés sur un sol sablonneux, bien drainé, protégé par un affleurement rocheux (Broadbent, 2009). Des piles de bois ont été accumulées à proximité du campement, pour consolider le campement ou pour servir de bois de chauffage. Ils avaient à disposition de la nourriture, des munitions et des médicaments. Malgré un abandon probablement urgent de leur cabane sur la banquise, Salomon Andrée et ses compagnons ont eu le temps et la force de s’installer sur l’île.

En 2000, une nouvelle expédition est envoyée sur Kvitøya pour étudier les causes des décès mais le campement est couvert d’une épaisse couche de glace et de neige. Quelques échantillons de sol peuvent néanmoins être prélevés pour mesurer sa teneur en matière organique et en phosphate et, ainsi, déterminer combien de temps les trois explorateurs ont vécu sur l’île. Dans un environnement comme celui de Kvitøya, les matières organiques ne peuvent avoir qu’une origine animale ou humaine et subsistent pendant des milliers d’années. Les analyses pédologiques effectuées, suggèrent par les faibles teneurs en phosphate mesurées (comparées à celles des échantillons témoins), que le site n’a été que brièvement occupé. Comme le confirment les analyses de susceptibilité magnétique, Salomon Andrée et ses deux compagnons n’ont pas eu le temps d’allumer un feu malgré le bois ramassé.

De nombreuses hypothèses ont circulé autour des causes possibles des décès des explorateurs : suicide, meurtre, trichinose, hypothermie, empoisonnement au dioxyde de carbone ou à la vitamine A, saturnisme, scorbut… mais d’après Mark Personne (Stockholm Poison Center, 2000), la cause la plus probable est une intoxication par de la botuline. Celle-ci est fréquente en Arctique, on la trouve dans la peau des mammifères marins et, provoque (sans traitement), après ingestion par l’homme, la mort dans les 24 à 36 h. Il s’agit d’une des toxines les plus puissantes connues dans la nature.

Lors de l’expédition de 2000, cette hypothèse d’intoxication à la botuline n’a pas pu être vérifiée. Cependant, cette dernière est la plus probable sachant que les trois explorateurs semblent avoir été surpris par la mort. De plus, Knut Frænkel portait toujours des lunettes pour le protéger de la réverbération de la neige. Or, il est connu que la photophobie est un des symptômes du botulisme.

Une expédition vouée à l’échec

Plusieurs chercheurs se sont penchés sur la faisabilité de l’expédition de Salomon Andrée et leurs conclusions sont unanimes : elle n’aurait jamais pu atteindre le pôle, même avec un ballon parfait car les conditions météo (conditions de vent) étaient défavorables après leur départ (Etling, 2017). Malheureusement à la fin du XIXe siècle, Salomon Andrée ne disposait pas des informations nécessaires pour mener à bien son expédition.

Le ballon est, parmi les aéronefs, celui qui est le plus dépendant des conditions météorologiques. Contrairement à un avion, il ne possède pas d’instruments permettant de le diriger. Le vol dépend de la direction du vent et de sa force, tous deux variables selon l’altitude. En fait, le seul moyen permettant de modifier la direction du ballon est de faire varier son altitude et, ainsi, de trouver une couche atmosphérique où les conditions sont favorables. Aujourd’hui encore, pour diriger leur aéronef, les pilotes combinent expérience, tâtonnement et les résultats des modèles de prévisions météorologiques. Au vu de toutes ces difficultés, il faudra attendre plus de 100 ans après la tentative de Salomon Andrée pour qu’un ballon à gaz n’atteigne le pôle Nord. À la fin du XIXe siècle, il n’existait pas encore de modèles de prévisions pour les régions polaires. Salomon Andrée ne disposait donc pas d’informations sur les conditions météorologiques qui régnant à une latitude nord de 80°.

En mai 2000, le britannique David Hempleman-Adams est le premier à atteindre le pôle Nord en ballon, en utilisant un modèle dont l’altitude peut être contrôlée de – très précise. Il atteint son objectif en 92 h, en navigant entre une altitude de 900 à 3 900 m. Il s’est donc maintenu continuellement au-dessus de la couche nuageuse évitant ainsi un refroidissement de l’air dans le ballon. Ce vol a surtout été rendu possible grâce au suivi précis de l’équipe au sol qui, en utilisant les modèles de prévision météorologiques, a ajusté la direction du vol de David Hempleman-Adams.

En 1897, l’expédition Andrée s’est donc soldée par un échec. D’autres tentatives pour atteindre le pôle Nord n’ont pas été plus heureuses et celles de Frederick Cook (21 avril 1908) et de Robert Peary (6 avril 1909) sont contestées par les historiens. Ce n’est qu’en 1926, que le pôle Nord géographique sera survolé pour la première fois par Roald Amundsen et Lincoln Ellsworth à bord du dirigeable Norge.

Références bibliographiques :

Andrée S. A., Strindberg N., Frænkel K., (1931). En ballon vers le Pôle. Le drame de l’expédition Andrée, d’après les notes et documents retrouvés à l’Île Blanche, Plon, Paris, 352 p.
Bellows A., (2013). Andrée and the Aeronauts’ Voyage to the Top of the World, https://www.damninteresting.com/andree-and-the-aeronauts-voyage-to-the-top-of-the-world/
Broadbent N. D., (2009). From Ballooning in the Arctic to 10,000-Foot Runways in Antarctica: Lessons from Historic Archaeology, in : Krupnik I., Lang M., Miller S., Smithsonian at the Poles. Contributions to International Polar Year 2007-2008 Science, Smithsonian Contributions to Knowledge. Washington DC, 405 p.
Capelotti P. J., (2004). Andrée Salomon August, in : Nuttall M., Encyclopedia of the Arctic, Routledge, London, pp 89-90.
Czech K. P., (2006). Swedish-Led Artic Expedition in a Balloon Led to a Tragic End, http://www.historynet.com/swedish-led-artic-expedition-in-a-balloon-led-to-a-tragic-end.htm
Etling D., (2017). Meteorological aspects of Salomon August Andrée’s attempt to reach the North Pole by balloon in 1897 based on 20CR data, in : Meteorologische Zeitschrift, vol. 26, n°5, pp 567-580
Fleming F., (2003). Ninety Degrees North: The Quest for the North Pole, Grove Press, New-York, 496 p.
Personne M., (2000). Andrée-expeditionens män dog troligen av botulism, in : Läkartidningen, vol. 97, n°12, pp 1427–1432
Sollinger G., (2005). A. Andrée: the Beginning of Polar Aviation 1895–1897, Russian Academy of Sciences and Institute for the History of Natural Sciences and Technology, Moscou, 720 p.
Wilkinson A., (2012). The Ice Balloon: S. A. Andree and the Heroic Age of Arctic Exploration, Alfred A. Knopf, New-York, 239 p.
Wilkinson A., (2010). The Ice Balloon: A doomed journey in the Arctic, https://www.newyorker.com/magazine/2010/04/19/the-ice-balloon
Wråkberg U., (1999). The Centennial of S. A. Andrée’s North Pole Expedition, Académie royale des sciences de Suède, Stockholm, 212 p.

Anne-Marie Meyer

Citer cet article comme : Anne-Marie Meyer, La quête du pôle nord : l’expédition tragique de Salomon August Andrée (1897), in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 18/02/2019, https://dei.hypotheses.org/4058.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.