Le Projet Grand Inga

Introduction

La République Démocratique du Congo (RDC) s’étend sur 2 267 000 km2 pour une population de 73,6 millions d’habitants. Cet État se situe au cœur du continent africain, position centrale qu’une faible ouverture sur l’Atlantique, sur seulement 37 km de littoral, semble renforcer. Mais c’est de ce corridor vers l’Atlantique, cette « queue de poêle », que lui vient une de ses forces qu’il nous semble intéressant d’analyser ici ; l’aménagement du Bas Congo et des chutes d’Inga en particulier. La BAD1[1] considère ce pays comme ayant un fort potentiel énergétique notamment autour de la maîtrise de ses capacités hydro-électriques qui sont estimées à 110 GW. C’est dans ce cadre-là qu’est né l’ambitieux projet « Grand Inga ». Ce projet de méga-barrage, sur le deuxième fleuve du Monde par son débit, de 40 000 m3/s en haute saison et 36 000 m3/s en saison sèche, apparaît comme une réponse possible au constat de la BAD, qui placerait alors la RDC en position dominante pour la production d’électricité au sein du continent africain.

Figure 1 : Le Bassin versant du Congo-Oubangui-Sangha et localisation du Projet Inga (d’après www.internationalrivers.org.fr).

Inga, une réponse à des besoins

Poursuivre l’équipement du bas Congo

« Inga » désigne les rapides du Bas Congo qui constituent la plus importante concentration de cascades au monde si près de l’embouchure d’un fleuve. En effet, le Congo descend rapidement en direction de l’océan, fait une courbure à 180 degrés, voit son chenal se rétrécir, ce qui donne à cette partie du fleuve des qualités rares du point de vue du potentiel hydroélectrique. L’intérêt n’est pas nouveau et le fleuve Congo est d’ailleurs déjà équipé en barrages pour la production d’électricité. En effet, Inga 1 et Inga 2 respectivement construits en 1972 et 1982, fournissent de l’électricité pour la capitale Kinshasa, située à seulement 225 km au Nord, et aux mines du Katanga reliées par une ligne à haute tension sur une distance de 1 700 km. Mais ces installations vieillissent mal et leur mauvais entretien n’arrange rien. Ainsi, sur les six groupes d’Inga 1, trois étaient à l’arrêt début 2011[2]. Quant à Inga 2, quatre groupes fonctionnaient sur les huit installés. Le bilan reste donc très défavorable avec seulement 0,9 GW produits sur les 1,8 GW attendus.

L’électricité, une source d’énergie rare en RDC

Seulement 6% des Congolais peuvent avoir accès à l’électricité publique et même dans la capitale Kinshasa, l’électricité reste souvent « intermittente ». Les lignes existent mais les délestages sont incessants et faute de groupes électrogènes pouvant prendre le relais, de nombreux quartiers restent dans l’obscurité empêchant de nombreux équipements de fonctionner. Des exceptions existent bien sûr comme l’éclairage quasi régulier du Boulevard du 30 Juin ou le quartier Kikwit, cher au premier ministre. Les ambassades et le siège de la Mission des Nations Unies pour la RDC bénéficient aussi d’un bon approvisionnement. Mais pour la population, la réalité du quotidien reste tout autre comme la corvée d’eau quand les pompes ne fonctionnent plus faute d’électricité et bien sûr le système D avec ses branchements sauvages souvent à l’origine de dramatiques électrocutions.

Plus globalement, on considère que 700 millions d’Africains sur presque un milliard ne sont pas reliés au réseau électrique. D’ailleurs, le taux moyen d’électrification varie de 3 à 40 % suivant les pays (hors Afrique du sud) et la demande croît de 8 % chaque année. Pour la BAD, l’électricité apparaît comme un véritable enjeu car elle représente actuellement la moitié du potentiel énergétique du continent.

Un méga projet

Une fois achevé normalement vers 2025, le « Grand Inga » devrait produire 40 GW, soit plus que le barrage chinois des Trois Gorges (22,4 GW) et celui d’Itaipu (14,6 GW) à la frontière Brésil/Paraguay, réunis. La construction des nouvelles installations se déroulera en deux phases avec, dans un premier temps la construction d’Inga 3, un nouveau barrage hydro-électrique qui devrait produire 4,3 GW aux alentours de 2020. Puis, dans un deuxième temps, le méga-barrage serait achevé pour permettre une production finale espérée de 39 GW. L’aménagement final se traduira par la construction de trois grands barrages dont celui de Mbundi, long de 1 600 m et haut de 160 m, qui accueillera les 52 turbines de 750 MW.

Des moyens gigantesques seront nécessaires

Pour une ambition régionale et continentale

En novembre 2011, J. Kabila, Président de la RDC, et J. Zuma, son homologue sud-africain, ont entériné un protocole d’accord pour construire le complexe du Barrage du Grand Inga. Cet accord met provisoirement fin aux incertitudes qui pesaient sur le projet depuis l’échec du Consortium Westcor qui regroupait cinq États africains : la RDC, l’Angola, la Zambie, le Botswana et l’Afrique du Sud (AFS). Il était prévu que, par leur participation, chaque État devienne propriétaire du barrage, au même titre que la RDC, ce que les Congolais n’ont pu accepter. L’autre explication de l’échec serait que les résultats d’une étude technique menée par les services publics d’électricité des pays du Westcor, auraient conclu à des risques d’inondation des zones de faible altitude du bassin versant du Bas Congo. La création d’un lac de retenue inonderait alors les villes de Kinshasa et de Brazzaville situées en amont. Cependant l’accord RDCAFS a le mérite de relancer le projet du « Grand Inga » avec pour unique ambition de fournir de l’électricité aux Africains via la construction de lignes à haute tension maillant le continent, prévoyant même d’approvisionner l’Égypte voire même l’Europe, même si le quart sud-ouest de l’Afrique reste la priorité.

Figure 2 : Le Grand Inga et les projets de connexion internationale (source : http://www.africa-energy.com).

Un soutien mondial assuré

Inga 3 demande un investissement de 7 milliards de dollars et le Grand Inga, plus de 22 milliards de dollars. Face à ce financement considérable, la RDC appelle au soutien international. Le pays ne peut déjà pas assurer la réhabilitation des turbines des centrales Inga 1 et 2 et profite du financement de la Banque Mondiale. Mais en raison de la crise financière mondiale, ces travaux sont repoussés à 2016. Pour « Grand Inga », l’Agence Française de Développement et la BAD ont assuré leur aide financière, mais demandent en contre-partie une réalisation par étape. Le projet a aussi reçu le soutien du G20, qui lors de son sommet de Cannes (2011), a désigné « Grand Inga » comme projet phare. Il est aussi déclaré « projet prioritaire par la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC). Enfin, est aussi acquis le soutien de l’ONU, qui y voit le moyen d’atteindre l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030 ce qui a été confirmé lors du “Sommet sur l’énergie durable pour tous”, du 16 avril 2012 organisé à Bruxelles par l’UE et l’ONU.

La RDC, première bénéficiaire de l’investissement ?

La SNEL[3], dont les caisses sont vides et qui pousse même ses abonnés à acheter leurs câbles, dont le réseau est réputé pour sa vétusté (il n’aurait pas été amélioré depuis le départ des colons belges…), serait le principal bénéficiaire de l’investissement. Mais beaucoup dénoncent déjà l’incapacité de la SNEL à gérer le présent pour se poser de réelles questions à propos des risques de détournement des fonds allouésIV. La région du Bas Congo pourrait aussi bénéficier de la réalisation du projet avec l’arrivée d’industries gourmandes en énergie. Le groupe BHP Billiton, première entreprise minière mondiale devrait être le premier consommateur de l’électricité produite. Encore faut-il que l’usine d’aluminium prévue soit réellement construite. L’accord signé entre BHP Billiton et le gouvernement de la RDC en 2007, prévoit un investissement de 3 milliards de dollars, une production de 800 000 tonnes d’aluminium pour une consommation d’électricité de 2 GWV à partir de la production d’Inga 3. Mais plus globalement, c’est toute l’industrie minière de la RDC qui en profiterait. En contrepartie le gouvernement souhaite que les sociétés d’extraction qui bénéficient de concessions minières financent la production et le transport de l’électricité. Mais la RDC reste dans une situation dramatique coté endettement. Non seulement elle doit gérer l’héritage de la période Mobutu, elle doit aussi poursuivre ses négociations avec le Club de Paris pour l’annulation de sa dette et se méfier de créanciers internationaux comme le « Fonds FG Hemisphere » qui veut récupérer ses crédits à travers la vente d’électricité de la SNEL à l’Afrique du Sud.

Réalités et questions posées

Une électricité pour qui ?

La production d’électricité du futur « Grand Inga » doit être placée dans un contexte plus large de création d’un marché global de l’électricité en Afrique suivant une ambition d’interconnexion. Ainsi quatre pools énergétiques seraient reliés entre eux, celui d’Afrique du sud-ouest (SAPP), le pool d’Afrique de l’ouest (WAPP), celui d’Afrique centrale (PEACPOOL) et le Pool d’Afrique de l’est (EAPP). Mais là aussi l’aide internationale, apparaît essentielle puisqu’on estime que le raccordement au réseau continental coûtera au moins 10 millions de dollars en plus de l’investissement direct nécessaire au projet. Concernant les populations, de nombreux Africains installés au pied des pylônes ne verraient que « passer » l’énergie sans pour autant en profiter suivant le concept des autoroutes de l’énergie. Il ne faut pas non plus oublier que les communautés déplacées lors de la construction d’Inga 1 et 2, dans les années 60, n’ont toujours pas obtenu d’indemnisation et restent « dans l’obscurité » D’ores et déjà on peut exprimer des inquiétudes face au comportement peu humaniste des compagnies étrangères susceptibles de profiter de la manne financière que la réalisation de « Grand Inga » assurera.

Des enjeux environnementaux à ne pas négliger

Comme le signale la Régie des Voies Fluviales de la RDC (RVF), il faut prendre en compte les irrégularités du débit du fleuve Congo. D’abord en raison d’un déficit en précipitations qui affecte tout le bassin hydrographique du Congo[4]. Ensuite, on constate une baisse inquiétante des eaux du Lac Tanganyika (moins 80 cm en dix ans dans le port de Bujumbura). Enfin un réchauffement des eaux touche le Congo provoquant une plus forte évaporation. Le projet du « Grand Inga » pourrait aussi pâtir du transfert d’une partie des eaux de l’Oubangui vers le lac Tchad, qui subit un asséchement problématique et qui pourrait même être menacé d’assèchement total. En août 2011, le Président Kabila s’est rendu lui-même sur les lieux pour constater que le canal d’amenée d’Inga 1 était presque à sec. Le problème semble donc déjà être une réalité. Alors comment continuer à réaliser le projet si l’eau vient à manquer encore plus dans les années à venir ?

« Nous allons faire de la RDC, la Chine de l’Afrique ! »

Le 17 septembre 2007, trois entreprises chinoises ont signé le « contrat du siècle » avec la RDC. Pour les autorités congolaises, cet accord permet une indépendance que souligne l’enthousiasme de J. Kabila face à cet anticolonialisme et pour l’afro-optimisme des Chinois. Mais si on y regarde plus près, les Chinois vont être chargés de travaux d’infrastructures comme des routes goudronnées (15 000 km prévus sur dix ans), des stades et des logements. Mais derrière cette façade dont le pays bénéficiera, derrière cet accord annoncé comme gagnant-gagnant, se cache une réalité beaucoup moins avantageuse pour la RDC. En effet, les Chinois vont opérer une mainmise sur les ressources naturelles congolaises en échange d’importants prêts bancaires. Ainsi à court terme, J. Kabila peut en effet afficher sa satisfaction pour ces investissements bienvenus, atout qu’il saura sans nul doute mettre en avant pour les futures élections. Mais à long terme, le pays risque de s’engager dans une nouvelle spirale d’endettement qui liera les mains du pays pour tout projet d’investissement, y compris bien sûr dans le cas de « Grand Inga ».

Conclusion

Ainsi, cela fait presque un siècle (depuis 1921), que l’Afrique a été identifiée comme le continent possédant un fort potentiel en ressources énergétiques avec la moitié du potentiel hydro-électrique mondial et principalement avec le fleuve Congo.

Le « Grand Inga », projet sans cesse repoussé, reste pourtant un gage d’indépendance énergétique pour la RDC et plus largement la possibilité pour les populations africaines d’accéder plus facilement à l’énergie. Mais « Grand Inga » illuminera-t-il un jour les Africains ? Au vu des difficultés, notamment financières, le projet congolais reste encore en l’état comme d’ailleurs d’autres projets énergétiques africains comme celui de Desertec, projet d’installation d’une centrale solaire de plusieurs milliers de km² dans le désert africain.

À propos des pays émergents en Afrique
La République Populaire de Chine est aujourd’hui le troisième partenaire commercial de l’Afrique derrière les EUA et l’UE. Lors de la cinquième conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine qui s’est tenue à Beijing le 9 juillet 2012, le Président chinois Hu Jintao a réaffirmé la ferme volonté de la Chine de devenir le principal partenaire de développement. Plus de 8000 entreprises chinoises ont ainsi investi dans le continent. On estime à 40 milliards de dollars l’investissement cumulé fin 2011. La question d’une forme de néocolonialisme est posée ! À l’image de la Chine, d’autres pays émergents comme l’Union Indienne choisissent l’Afrique. Ainsi la SNEL et la firme indienne Kalpataru Power ont signé en novembre 2010 un contrat de construction de la deuxième ligne haute tension Inga-Kinshasa de 400 000 volts sur 260 km pour un montant de 850 millions de dollars.

Références bibliographiques :
Banque africaine de développement ; African Energy Atlas, 2011.
Kaplinsky R. et Farooki M. – 2009 – La coopération de l’Afrique avec les partenaires de développement nouveaux et émergents : options pour le développement de l’Afrique, ONU.
SOFRECO – 2006 – Etude d’Impact Environnemental et Social du Projet PMEDE – Projet de Développement du Marché d’Electricité pour la Consommation Domestique et à l’Exportation, 226 p.
Plan d’actions DRAFT – Projets Hydro-électriques Inga : Conseil Mondial de l’Energie.

Webographie simplifiée

L’eau, un enjeu vital pour les Pays du Sud : http://www.mpl.ird.fr/suds-en-ligne/fr/eau/eau.htm#suds

À propos de l’intérêt de la Chine pour l’Afrique : http://french.peopledaily.com.cn/96852/7967141.html et http://french.peopledaily.com.cn/Chine/7922206.html

Sur la présence des investisseurs indiens : http://french.peopledaily.com.cn/96852/7208959.html

Pour les statistiques : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/cg.html

Notes supplémentaires
I. Avec un bassin versant de 3,7 millions de km2, le fleuve Congo et ses affluents représentent le plus important système hydrologique d’Afrique centrale (…). Plus long fleuve d’Afrique après le Nil, deuxième fleuve du monde en débit après l’Amazone, le Congo représente la moitié des eaux africaines déversées dans l’océan Atlantique. Source : http://www.mpl.ird.fr/suds-en-ligne/fr/eau/fleuves/congo1.htm

II. La SADC regroupe en son sein quinze pays de l’Afrique australe et de l’Océan Indien : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, République Démocratique du Congo, Seychelles, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe. Source : Ambassade France au Botswana. Voir aussi le site officiel de la SDAC http://www.sadc.int/

III. « Le vice-président de la Banque africaine de développement pour les infrastructures, Gilbert Mbesherubusa a annoncé la décision de construire par étapes le barrage de Grand Inga, sur le fleuve Congo. Prochain épisode : le lancement prochain d’une étude de faisabilité. » http://www.ingeta.com/le-barrage-de-grandinga-victime-du-changement-climatique/

IV. Voir à ce sujet un article paru dans KongoTimes, le 23 mars 2012 http://afrique.kongotimes.info/eco_tech/3985-congo-societe-nationale-electricite-gangrenee-snel-avenircongo-hypotheque.html et le classement http://www.foreignpolicy.com/articles/2010/06/21/2010_failed_states_index_interactive_map_and_rankings où le Congo (RDC) est placé au 5e rang des Failed states index 2010.

V. « Le débit relevé en juillet 2011 par la Régie des Voies fluviales (RVF) au niveau de Kinshasa-Brazzaville a été de 23 000 mètres cubes par seconde contre 36 000 m3/sec entre le 14 et le 15 juillet 2010, à peine plus que le minimum historique de 22 350 m/s enregistré en 1905. Du vivant des Congolais des deux rives, on n’avait jamais vu cela. Les bancs de sable et des rochers émergés étaient visibles sur plusieurs kilomètres entre Kinshasa et Brazzaville. Côté Brazzaville, l’eau s’était retirée sur plusieurs dizaines de mètres, racontent les riverains. » http://www.lalibre.be/societe/planete/article/736457/le-barrage-de-grand-ingavictime-du-changement-climatique.html article publié le 7/05/2012.

Joël Rousselot

[1] Banque Africaine de Développement.

[2] Le Monde Diplomatique « Quand le fleuve Congo illuminera l’Afrique », Tristan Coloma, février 2011.

[3] La Société Nationale d’Électricité de la RDC.

[4] Voir l’article « Le deuxième poumon de la Terre en danger de mort » paru dans Courrier International, n°1017 du 27 avril 2010.

Cliché de tête d’article : Barrage Inga 1. Creative Commons : International Rivers (Flickr).

Citer cet article comme : Joël Rousselot, Le Projet Grand Inga, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 19/03/2018, https://dei.hypotheses.org/494.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search