Où disparaît le sable du Cap-Vert ?

Petit pays insulaire situé à 600 km des côtes sénégalaises, le Cap-Vert a connu en une vingtaine d’années un développement touristique important : l’archipel est devenu une destination balnéaire attractive qui associe des conditions naturelles très favorables et des infrastructures de qualité croissante. Pour faire face à un nombre toujours plus important de touristes (+ 21 % de 2011 à 2015[1]), l’offre d’hébergement touristique s’est étoffée (+ 16 %), en particulier sur les îles de Boa Vista et de Sal. Le Cap-Vert est devenu synonyme d’été toute l’année et de plages de sable fin au bord d’une mer de couleur turquoise.

Le sable est, pour le tourisme du Cap-Vert,  une géoressource non négligeable, cependant il s’agit également d’une matière première indispensable, en particulier pour la construction de bâtiments et l’aménagement de voies de communications. Les granulats, c’est-à-dire l’ensemble des fragments de roche d’une taille inférieure à 125 mm, entrent à hauteur de 70 % dans la fabrication du béton. L’intensification de l’urbanisation dans le monde et de la construction de routes a ainsi accru les besoins  en sables et  en graviers. Le Cap-Vert n’a pas échappé à cette tendance, et à partir du début des années 1980, l’exploitation du sable perd son caractère anecdotique. L’évolution des techniques de construction, de l’usage traditionnel de la pierre à celui généralisé du béton, et l’aménagement d’infrastructures de transport ont été les principaux facteurs à l’origine du besoin croissant en sable et en gravier.

Dans l’archipel, l’extraction de sable et de gravier se pratique dans l’archipel principalement dans le lit des rivières mais aussi sur les plages et les rivages. Contrairement au sable éolien des déserts aux grains lisses, celui collecté sur les plages possède les qualités nécessaires pour s’agréger lors de la fabrication du béton, mais à condition d’être rincé du sel qu’il contient. Trop souvent, cette étape de nettoyage du sable est négligée, rendant ainsi le béton fragile et les constructions plus vulnérables à l’érosion. En revanche, le sable n’est pas une ressource disponible en quantités infinies, mais une matière première dont le renouvellement est lent : les sables et graviers sont désormais extraits à un rythme plus élevé que leur régénération. De ce fait, certaines plages de sable ont disparu, faisant place à des plages de galets lavés du moindre grain de sable. Les conséquences du prélèvement sont telles que le gouvernement capverdien interdit son extraction sauvage en 1997.

Malgré la présence de gardes sur certaines plages, l’extraction de sable se poursuit. Elle est principalement effectuée par des femmes (à 90 %) dont il s’agit dans la grande majorité de leur seule source de revenus. La population masculine a souvent émigré ou se consacre à la pêche ou à l’agriculture, des activités précaires, limitées d’une part par les précipitations incertaines, et d’autre part, par la surpêche. De nombreuses femmes se voient obligées de subvenir aux besoins de leurs familles et le ramassage du sable est devenu une activité rémunératrice complémentaire non négligeable. La croissance démographique étant rapide (en 2016, l’accroissement naturel est estimé à 1,35 %, le taux de natalité à 20,2 ‰[2]), les villes principales de l’archipel (notamment sa capitale Praia) attirent de plus en plus la population rurale et concentrent l’activité économique, générant ainsi une croissance importante de la construction civile et un besoin toujours plus grand de granulats.

Le prélèvement de sable sur les plages est une activité dangereuse et peu rémunératrice. Le revenu mensuel d’une personne exerçant cette activité est en moyenne de 35 euros (LOPES, CUNHA, 2012). Pour obtenir ce montant, les « voleuses de sables »  sont obligées d’affronter la mer en bravant les vagues pour remplir un seau d’environ 50 kg de sable mouillé. Quand, parfois, il reste du sable sur la plage, chaque grain est minutieusement raclé entre les galets. Sur les rivages, des tas de sable ou des sacs attendent le passage, généralement de nuit, des camions des transporteurs ou des constructeurs. Le sable est ensuite revendu deux fois plus cher (CORREIA, PEREIRA, 2016). Malgré le risque de se voir confisquer leur matériel, de devoir payer une amende, voire de passer quelques jours en prison, les femmes continuent à extraire du sable au péril de leur santé, voire de leur vie. Les alternatives à cette activité manquent cruellement, malgré les programmes de lutte contre la pauvreté lancés par le gouvernement depuis 1997.

Au niveau individuel, comme seule activité rémunératrice pour de nombreuses femmes, l’extraction et la vente illégale de sable, malgré les dangers, a un impact positif, permettant notamment aux mères d’envoyer leurs enfants à l’école.

Mais les conséquences environnementales et économiques sont catastrophiques. Le sable des plages protégeant le littoral de l’érosion, sa disparition accentue le risque de submersion et d’inondation des communautés installées à proximité des rivages. Le sable, en filtrant également l’eau de mer, empêche la contamination des nappes phréatiques et ainsi l’assèchement des sols.

Le sur-prélèvement de sable a ainsi rendu inculte de nombreux sols, auparavant réservés à l’agriculture et a provoqué une forte pollution de l’eau potable. Les impacts sur la biodiversité ne sont pas non plus négligeables : la destruction de l’écosystème de l’estran et du domaine marin peu profond provoque une détérioration des habitats naturels utilisés comme frayères par de nombreuses espèces de poissons. Sans plages de sable, les tortues marines caouannes et vertes ne peuvent se reproduire. Le secteur de la pêche est donc indirectement touché et devient de moins en moins rentable.

Au-delà des impacts environnementaux, l’activité touristique est compromise par la collecte incontrôlée du sable, par le pillage de son capital principal : les sites où seuls subsistent des galets n’ont aucun attrait pour les touristes et sont donc désertés. L’une des ressources économiques principales de l’archipel est ainsi mise en danger, malgré l’attrait du tourisme de randonnée.

Malgré l’interdiction de l’extraction sauvage de sables et de sédiments par la législation, les gardes postés sur certaines plages, les amendes, la confiscation des outils, voire l’emprisonnement des « voleuses de sables », le Cap-Vert n’est pas parvenu à endiguer ce phénomène. Ces dernières ont conscience des impacts négatifs de leur activité, mais sans alternatives, elles continuent jour après jour à se jeter dans les vagues au péril de leur vie. Cela repose ainsi la question d’un développement soutenable face à la réalité quotidienne des populations les plus défavorisées.

Pour aller plus loin sur la question des problèmes environnementaux dans l’archipel du Cap-vert, n’hésitez pas à consulter le numéro 37 de la revue Dynamiques Environnementales, L’archipel du Cap-Vert : risques, géopatrimoine et sociétés : http://www.pub-editions.fr/index.php/revues/dynamiques-environnementales.html

Anne-Marie Meyer

Université Bordeaux Montaigne

[1] Organisation Mondiale du Tourisme : http://www.e-unwto.org/doi/abs/10.5555/unwtotfb0132010020112015201609

[2] CIA , World Factbook : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/cv.html

Cliché de tête d’article : Littoral à Calhau, sur l’île de São Vixente au Cap-Vert, Marguerite Deglane, 2016.

Citer cet article comme : Anne-Marie Meyer, Où disparaît le sable du Cap-Vert ?, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 20/03/2018, https://dei.hypotheses.org/630.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search