Les Réunions des Sciences de la Terre 2020

Les RST auront bien lieu à Lyon en octobre prochain !

Voici quelques annonces de sessions durant les RST. Si vous souhaitez y participer, la date-limite pour envoyer les résumés est fixée au 17 juillet 2020.

Océan et littoral
Coordination : G. Grégoire, G. Maillet, A. Murat
Les sédiments littoraux et sublittoraux : sources, stocks, transport et morphologies de dépôt. À l’interface terre-mer, la frange littorale est sujette à un équilibre fragile entretenu par les interactions entre les agents hydrodynamiques, biologiques et anthropiques. Le changement climatique annoncé augmente leur vulnérabilité. La connaissance des stocks sédimentaires, de leurs sources, de leur transport et des processus d’échanges entre les domaines littoraux et sublittoraux sont des éléments fondamentaux pour comprendre le fonctionnement morphodynamique de la bande littorale. Les contributions attendues concernent davantage les travaux portants sur l’évolution des sédiments meubles, le long des littoraux avec des approches analytiques (marqueurs sédimentologiques, géochimiques, biologiques…), des mesures de terrain in-situ ou des modélisations numériques.

Archives océaniques actuelles et sub-actuelles
Le compartiment océanique est sujet à un équilibre dynamique entretenu par les interactions et rétroactions entre agents hydrodynamiques, biologiques et anthropiques. Nombre de ces paramètres (température, salinité, qualité, oxygénation…) sont étudiés grâce aux signaux enregistrés dans les sédiments. Dans ce contexte, l’interface eau-sédiment peut être considérée comme un filtre de l’archivage sédimentaire, qui induit des modifications, des déformations, et/ou une sélection de l’information, en fonction des caractéristiques biogéochimiques et de la dynamique continue à évènementielle (dépôt/remobilisation/érosion) de la couche sédimentaire de surface.
Les contributions attendues concernent (1) la compréhension des processus qui contrôlent la qualité du signal sédimentaire enregistré afin de permettre une meilleure interprétation de ces archives sédimentaires (2) la qualité des proxies étudiés pour la reconstitution des paléoenvironnements récents. Sont aussi encouragées à participer les études portant sur la reconstruction de environnements de dépôt subactuels couplant des approches sédimentaires, géochimiques et géophysiques.

Archéométrie, archéologie
Coordination : V. Barbin, L. Bellot-Gurlet, F.-X. Le Bourdonnec
Les sciences de la terre sont intimement liées aux recherches archéologiques en apportant leur expertise à différents niveaux, depuis la détection des sites (géophysique), leur étude (de l’environnement à la micromorphologie), jusqu’aux interprétations des géomatériaux exploités par les Hommes. Les outils et approches des géosciences trouvent ainsi des applications nouvelles ou des contextes permettant des développements méthodologiques originaux. Cette session offre la possibilité d’échanges interdisciplinaires autour de ces applications en archéométrie et en archéologie.

Géoarchéologie
Cette session ouverte vise à accueillir toute contribution s’intéressant à l’anthropisation des sols et des paysages à partir d’une approche géoarchéologique. Les contributions attendues dans cette session concernent  les études s’appuyant sur l’analyse d’archives sédimentaires, de données pédologiques,  topographiques,  combinées  avec des données historiques et/ou archéologiques. Cette session sera l’occasion de discuter des processus de mise en archive et de construction des traces des occupations humaines passées.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.