Les carrières sous Paris et sa périphérie, une reconnaissance géopatrimoniale nécessaire

Nom local : Carrières de Paris, Catacombes de Paris.
Situation : Paris et sa périphérie (France).
Type de site : Géomorphosites souterrains anthropiques.
Période couverte : Moyen-Âge, Époque moderne.
Protection : Site classé (loi 1930), Inventaire du Patrimoine géologique.
Particularité : Sites ayant suscité l’inspiration de nombreux peintres entre 1850 et 1910.
Coordonnées : Vu l’étendue du géomorphosite, nous avons privilégié de localiser le site le plus illustre, celui de l’hôpital Cochin : 48°50’13″N/2°20’25″E.

Télécharger la fiche en pdf.

Sous Paris, les richesses géologiques consistent principalement en du calcaire (la pierre à bâtir) et du gypse (la pierre à plâtre) ; elles ont été exploitées, à ciel ouvert, dès l’époque gallo-romaine. À partir du Moyen-Âge, ces matériaux furent extraits de carrières souterraines qui, à l’époque, se trouvaient sous la campagne environnant la ville. L’agglomération ne cessant de s’étendre au-delà de ses surfaces initiales, les bâtiments parisiens furent ensuite édifiés, en partie, sur ces vides souterrains (figure 1). L’adjonction d’un bâti – venant surcharger le ciel (le plafond) des anciennes carrières souterraines – accéléra les dégradations des cavités (Clément et Thomas, 2001). L’inspection des carrières « sous Paris et plaines adjacentes » (Guillaumot, 1797) fut créée le 4 avril 1777. Son rôle fut de renforcer les voies publiques et les propriétés royales tout en interconnectant les multiples carrières souterraines entre elles afin de permettre les interventions ultérieures qui consistèrent en des consolidations dignes d’ouvrages prestigieux de surface (Vanara et al., 2013). De ces travaux découla la création des réseaux parisiens unitaires, ensemble architectural, aujourd’hui d’intérêt géographique et historique. Ces derniers comprennent, d’une part, des carrières (travaux initiaux) et, d’autre part, des galeries de raccordement (travaux ultérieurs) qui permettent de se rendre d’une ancienne exploitation à l’autre par voie souterraine. Les trois principaux réseaux parisiens unitaires sont : le Grand Réseau Sud sous les 5e, 6e, 14e et 15e arrondissements (environ 200 km), le Réseau du 13e arrondissement (25 km) et le Réseau du 16e arrondissement (7 km). Carrières et galeries souterraines anthropiques sous Paris intra muros etses environs proches constituent l’objet d’étude de cet article. Nous n’évoquerons pas le cas des réseaux karstiques « naturels » (exemple des fontis générés par les gypses stampien) ou « mixtes » (vides naturels recoupés lors des travaux de type carrière ou mine).

Quelques sites du sous-sol parisien sont désormais protégés mais, à la lumière des observations réalisées sur le terrain, deux problèmes majeurs sont soulignés : (1) sans nier l’importance de l’intérêt historique, les caractéristiques géologiques et géomorphologiques ne sont pas assez mises en valeur ; (2) les surfaces souterraines ouvertes au public sont trop restreintes d’où un déséquilibre évident entre galeries surfréquentées et galeries désormais fermées temporairement ou définitivement. En conclusion, quelques préconisations sont données par les auteurs, elles pourront servir de base de réflexion pour les années à venir. Elles militent pour que les réseaux unitaires parisiens atteignent le statut de géosite et qu’ils soient gérés en tant que tel.

Figure 1 : Sur une carte au 1/60 000 du Paris de 1908, localisation des anciennes zones d’extraction souterraines des matériaux de construction que sont le gypse (en vert) et le calcaire grossier (en rouge, au sud-ouest : le Réseau du XVIe arrondissement, au sud : le Grand Réseau sud, au sud-est : le Réseau du XIIIe arrondissement). Ces exploitations, datant pour l’essentiel du Moyen-Âge, étaient alors dans la campagne environnant Paris. Localisation des carrières souterraines : 1 : l’ossuaire des Catacombes, 2 : des Capucins, 3 : sous le Val de Grâce, 4 : du chemin du Port-Mahon, 5 : du musée à Vin, 6 : de la maison de la Géologie [Gérards, 1908].

Du milieu interlope à la reconnaissance officielle

Les couches exploitées sous Paris (figure 2) sont, principalement, les étages supérieurs du Lutétien (calcaires pour la pierre à bâtir), le Barthonien (gypse transformé en plâtre), l’Yprésien (argiles plastiques pour les tuiles et les briques) et, aux alentours de Paris intra muros, le Sénonien (craie transformée en chaux). 1/12e de la surface de la capitale historique (comprenant les bois de Boulogne et de Vincennes) est sous minée (figure 1) ; 3 000 ha de terrain sont concernés à l’échelle de l’Île-de-France. D’autres roches ou formations superficielles furent exploitées mais soit parce les surfaces concernées sont dérisoires soit parce qu’elles le furent à ciel ouvert, ces dernières ne seront pas abordées dans cet article.

Figure 2 : Les couches exploitées par carrières souterraines sous Paris furent, principalement, les calcaires lutétiens, le gypse barthonien, les argiles plastiques yprésiennes et, aux alentours de Paris intra muros, la craie sénonienne (Clément A. et Thomas G., 2001).

Progressivement oubliés, les vides du sous-sol parisien furent réinvestis, d’abord par nécessité (surveillance systématique de leurs évolutions depuis la fin du XVIIIe siècle), puis par curiosité et/ ou intérêt scientifique. Ainsi, depuis la fin du XIXe siècle, les visites clandestines des carrières sous Paris connaissent un succès grandissant. Dans les années 1980, une prise de conscience du phénomène aboutit à s’intéresser voire à protéger ces réseaux souterrains architecturés, doublures topographique et toponymique du Paris du XVIIIe siècle (figure 1 pour les localisations des sites parisiens). (1) Le premier site inscrit fut celui des Catacombes dès 1975, (2) Afin de contrer les projets d’un promoteur immobilier, le 7 mars 1986, les anciennes carrières de craie des Brillants (Meudon – Hauts-de-Seine) furent classées « site scientifique et artistique ». (3) En 1979, la société d’Études historiques des anciennes carrières souterraines sélectionna les anciennes carrières des Capucins pour y créer un écomusée de la Pierre et des carrières ; le travail de ses membres bénévoles aboutit au classement par arrêté du 8 juin 1990 de la fontaine des Capucins, puis le 25 octobre 1999, la protection fut élargie à un secteur beaucoup plus vaste. (4) Les carrières sous le Val-de-Grâce furent classées au titre des Monuments historiques le 1er mars 1990 par association avec le bâti de surface : « l’ancienne abbaye du Val-de-Grâce : sol et sous-sol ». (5) Enfin, par décret du 4 janvier 1994, « une partie de la carrière souterraine du chemin du Port-Mahon et du sol des parcelles correspondantes » a été classée au titre des Monuments historiques. Quatre carrières parisiennes souterraines sont désormais intégrées à l’Inventaire national du patrimoine géologique (INPG lancé officiellement par le ministère de l’environnement en 2007), celles des Catacombes (ensemble des faciès sédimentaires du Lutétien de Paris), des Capucins (calcaires bioclastiques à milioles et à « cérithes » typiques du Lutétien supérieur de Paris), du musée à Vin (faciès des Lambourdes du Lutétien moyen de Paris), (8) du Val de Grâce et de la maison de la Géologie (calcaires à milioles et à « cérithes » du Lutétien supérieur de Paris) et du chemin de Port-Mahon (calcaires à milioles et à « cérithes » du Lutétien moyen et supérieur de Paris).

Figure 3 : Représentation du squelette du Palæotherium magnum découvert par le géologue Gaston Vasseur en 1873 dans une carrière de gypse à Vitry-sur-Seine. Aujourd’hui, ce fossile est exposé dans les galeries d’Anatomie comparée du muséum d’Histoire naturelle de Paris (dessin de M. Delahaye, paru dans le « Magasin pittoresque » de 1874).

Figure 4 : Plan au 1/2 000 de l’ossuaire des Catacombes de Paris datant de 1892 (Gérards, 1892). Cerclé de mauve, le cabinet de minéralogie des Catacombes aujourd’hui détruit.

Protection par intérêt historique plutôt que géologique

Pour trois de ces cinq classements de sites souterrains du Grand Paris (cf. supra), seul l’intérêt historique a été mis en avant. C’est pourquoi, les années 2000 (INPG) marquent une première prise de conscience de l’intérêt certain du Paris souterrain pour les sciences de la terre. Pour mémoire, citons les célèbres découvertes paléontologiques dans les carrières souterraines de gypse, tant par Georges Cuvier à la fin du XVIIIe siècle, que par Gaston Vasseur au XIXe siècle (mise à jour d’un squelette de Palæotherium magnum dans la carrière Michel à Vitry-sur-Seine, figure 3). Suite à la découverte du conglomérat de Meudon par Charles d’Orbigny en 1836, des excursions géologiques étaient régulièrement organisées, mais la coupe stratigraphique a fini par disparaître. Il fallut attendre la fin du XXe siècle pour observer à nouveau, dans un karst de la carrière des Brillants (Meudon, Hauts-de-Seine) le contact de la base du Montien, et y découvrir – dans le remplissage – des restes de vertébrés du Sparnacien, dont une dent de Coryphodon (fin Paléocène – Début Éocène : mammifère, ongulé vivant dans les marécages).

D’où la mesure de protection, prise en urgence en 1986, pour éviter la disparition prématurée du site pour cause de pression immobilière. D’autres sites souterrains se sont révélés fossilifères. Après le prélèvement d’un fossile d’Acanthomorphe (début Tertiaire – Actuel : poisson généralement à épines creuses non segmentées en avant des nageoires dorsale et anale) en ciel de carrière sous le bois de Vincennes au milieu du XXe siècle, trois spécimens similaires furent découverts dans deux carrières de Méry-sur-Oise (Val-d’Oise) en 2008. Les carrières d’Herblay et de Conflans-Sainte-Honorine présentent aussi un intérêt paléontologique : une mâchoire et des ossements y ont été découverts en 1992 et authentifiés comme étant des restes de Lophiodon (Éocène : mammifère proche de nos actuels tapirs).

Ajoutons à cet inventaire les « trompettes de Chavenay » ou carbidimites, un type de concrétion découverte dans les carrières éponymes à proximité de Grignon (Yvelines) sur des résidus de chaux (Bertrand, 1973). Cette découverte renforce encore indéniablement l’intérêt géo-patrimonial des carrières souterraines.

Figure 5 : Cette scène illustre une petite farce « catacombesque ». Elle se déroule après que les visiteurs, parfaitement identifiés, eurent refusé de suivre leur guide pour visiter les cabinets de minéralogie (nommé par l’auteur geologic cave : « caverne géologique ») et de pathologie. L’illustration montre le fait que les visiteurs ont, de tout temps, été plus attirés par l’Ossuaire que par l’intérêt géologique des Catacombes (dessin : Cruickshank ; Carey, 1822).

Mise en valeur et ouverture au public

Dans la région parisienne, très peu d’anciennes carrières souterraines sont ouvertes au public. Le plus ancien, mais également principal pôle touristique, reste de loin les Catacombes de Paris (figure 4). Depuis le XIXe siècle, Le nombre de jours d’ouverture au public est allé en augmentant, conséquence d’un succès grandissant (figure 5) : en 1863, les visites sont au nombre de 3 à 4 par an ; en 1867 les visites deviennent mensuelles, puis à partir de 1874 bimensuelles. L’afflux des visiteurs est particulièrement important durant les Expositions universelles : on recensa 20 003 visiteurs en 1889 et 18 463 en 1900, années avec exposition, contre une moyenne de 10 000 seulement les années sans exposition. Pendant la période 1930 à 1950, le nombre de visiteurs redescend à 6 000-7 000 personnes pour une centaine de jours d’ouverture par an. Dans les années 1980-90, les Catacombes recevaient en moyenne 200 000 visiteurs par an, avec un pic à 240 000 visiteurs en 1989, période favorable au tourisme car année du bicentenaire de la Révolution française.

Antagonisme entre ouverture au public et protection des sites

Actuellement, 500 000 visiteurs par an visitent les Catacombes de Paris (14e arrondissement, gérés depuis 2012 par l’établissement public Paris Musées). Ce succès se fait au détriment de la conservation du lieu qui souffre, depuis le début des années 1980, de la « maladie verte » (prolifération d’algues). Les Catacombes présentent aussi des aménagements critiquables : câbles électriques masqués dans de volumineuses goulottes en plastique fichées sur des architectures du siècle des Lumières, éclairage blanc permanent favorisant la photosynthèse et donc la prolifération des algues, mousses et même rares petites herbes, information indigente, parcours amputé quasiment de moitié ne permettant plus l’observation de deux fontis sécurisés d’une manière astucieusement pédagogique, pourtant les seuls intérêts géomorphologiques du site (figure 6) (Thomas, 2017b).

Heureusement, d’autres exemples prouvent qu’ouverture et protection des sites sont compatibles. (1) Dans la carrière des Capucins (14e arrondissement), les groupes viennent visiter une ancienne exploitation souterraine et les consolidations qu’elle nécessita pour la maintenir en état ; les entrées sont contingentées, l’éclairage à vapeur de sodium émet une couleur orangée peu favorable à la photosynthèse, les câbles électriques passent dans des gaines enterrées, dans le sol de la carrière, au fond de légers sillons. (2) La carrière dite Delacroix (Ivry-sur-Seine) ouvre seulement lors des journées à thème. (3) Depuis 2002, la carrière Parrain (commune de Saint- Maximin, département de l’Oise) a été ouverte au public ; in situ sont présentés le travail des carriers, la culture du champignon dit de Paris, mais également la géologie du Lutétien et la géotechnique avec les risques souterrains (17 500 visiteurs en 2016 auxquels s’ajoutent les 3 000 entrées à l’occasion de la fête de la Pierre).

Conclusion

Sous couvert de précaution, les responsables cherchent, le plus souvent, comment fermer un site souterrain plutôt que de le mettre en valeur. Essayer de clôturer les accès des carrières, pour éviter les intrusions clandestines, parfois irrespectueuses, ne sera toujours qu’un pis-aller car une porte fermée ne le demeure que le temps que soit trouvé le procédé pour l’ouvrir ou pour contourner l’obstacle (Glowczewski et al., 1983). Ne classons pas trop rapidement les « cataphiles » (individus qui visitent clandestinement les anciennes carrières souterraines de la ville de Paris) comme de simples hors-la-loi ; sachons aussi leur reconnaître le rôle de « gardiens du temple », utilisateurs mais aussi souvent amateurs et passionnés des carrières souterraines parisiennes et des galeries de servitude qui les relient ; le sens étymologique du terme (« phile » du grec ancien philos : ami, personne qui aime) signifie bien qu’ils les aiment et donc les respectent… voire les étudient.

Des dégâts irrémédiables à des échelles plus importantes sont réalisés à chaque fois que les administrations valident une injection sans fouilles de sauvegarde. De tels traitements sont régulièrement appliqués. Prenons l’exemple des anciennes carrières de calcaire situées sous le boulevard Brune (Paris 14e). Aux prémices de la Seconde Guerre mondiale, un abri profond y fut aménagé ; puis à la fin de l’Occupation, il fut fermé et oublié. Le passage d’une caméra dans les tubes de forage révéla l’état de conservation exceptionnel de ce refuge qui, malgré tout, fut entièrement rempli par du ciment injecté (Thomas, 2017a). Ces décisions hâtives font passer l’intérêt économique devant l’intérêt patrimonial. Or, les deux intérêts pourraient coexister car (1) ils ne s’intéressent pas aux mêmes espaces (la surface / le sous-sol) ; (2) différentes techniques permettent de renforcer les vides sous-jacents de façon à ne pas compromettre les projets prévus en surface. Mais pour sensibiliser, il faudrait, premièrement, pouvoir connaître l’état de l’existant : l’inventaire « Gouffres et abîmes d’Île-de-France » (1980) mériterait une révision. Ce travail préliminaire, est indispensable pour la connaissance fine du Paris souterrain et de ses environs mais reste insuffisant pour sa reconnaissance géopatrimoniale. Il faudrait, secondairement, décider de l’intérêt scientifique, pédagogique, esthétique et culturel du Paris souterrain dans sa globalité ou au moins à l’échelle des réseaux unitaires parisiens car chacun de ces ensembles forment un tout difficilement dissociable. Il faudrait, dernièrement, assurer une protection plus efficace qui prenne en compte les intérêts propres aux sciences de la terre. À ce titre, le statut de géosite nous paraît intéressant car réservé à des sites d’intérêt géologique et géomorphologique à l’échelle des paysages (échelle kilométrique). À cette échelle, il sera enfin possible de réfléchir à une gestion globale de cette richesse patrimoniale encore trop mal exploitée.

Figure 6 : Grand fontis vidé, stabilisé et renforcé dans la galerie de l’ancienne sortie des Catacombes. Les lignes peintes sur le ciment projeté indiquent les différentes strates traversées (cliché : G. Thomas).

Pour en savoir plus…

Bertrand P.-Y., 1973. Une nouvelle forme de concrétionnement observée dans les carrières souterraines de la région parisienne. Spelunca, 4e série, p. 5-6.

Carey D., 1822. Life in Paris. John Fairburn, London, 21 aquarelles peintes à la main, 489 p.

Clément A. et Thomas G., 2001, réédition 2016. Atlas du Paris souterrain. La doublure sombre de la Ville lumière. Parigramme édit., Paris, 193 p.

Gérards E., 1908, réédition : 1991. Paris souterrain. DMI édit., Torcy, 667 p.

Groupe Spéléo du Camping Club de France (GSCCDF), 1980. Gouffres et Abîmes de l’Ile-de-France. Inédit, 194 p.

Glowczewski B., Matteudi J.-F., Carrère-Leconte V. et Viré M., 1983. La Cité des Cataphiles (mission anthropologique dans les souterrains de Paris). Librairie des Méridiens, 244 p.

Thomas G., 2017a. Abris souterrains de Paris. Refuges oubliés de la Seconde Guerre mondiale. Parigramme édit., Paris, 160 p.

Thomas G., 2017b. Les Catacombes de Paris. Parigramme édit., Paris, 128 p.

Vanara N., Thomas G., Mesnier G., Hallawell D. and Spence C., 2013. Paris City : underground, resources and risks. 8th IAG International conference on geomorphology, mid-conference excursion, Paris, August 29th, 2013, 20 p.

Gilles Thomas

Ville de Paris et SEADACC

Nathalie Vanara

UMR CNRS TRACES (Université de Toulouse Jean Jaurès), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Citer cet article comme : Gilles Thomas et Nathalie Vanara, Les carrières sous Paris et sa périphérie, une reconnaissance géopatrimoniale nécessaire, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 22/03/2018, https://dei.hypotheses.org/665.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.