Le Kevuko

Portrait

Type d’outil : Instrument d’optique permettant la vision d’images en relief.

Définition : Stéréoscope à prismes construit en 1861 par Oliver Wendell Holmes, et commercialisé sous différents noms, notamment celui de Kevuko, à partir des années 1880. Dans sa version de base, le Kevuko est composé d’aluminium, de bois, de verre et de velours. Il existe également dans une variante plus ouvragée en argent, ciselée de décorations parfois très élaborées. Son nom provient de l’entreprise américaine qui le fabriqua en masse à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Un kevuko, modèle 1905.

Le premier viseur stéréoscopique, comportant deux miroirs qui renvoyaient latéralement le regard vers deux images stéréoscopiques, est élaboré en 1838 par le physicien anglais Charles Wheatstone à des fins scientifiques. En remplaçant les miroirs par des lentilles, David Brewster (1844) invente un appareil moins encombrant et, surtout, moins coûteux à produire. Devenu portatif, le stéréoscope évolue en un appareil bon marché et utilisé comme outil de communication. Oliver Wendell Holmes ensuite contribue au succès de la vision stéréoscopique en construisant un appareil encore plus léger, d’une utilisation aisée et accessible à une grande partie de la population. Le stéréoscope fait son entrée dans les salons de la bourgeoisie : des soirées sont organisées autour de photos retraçant les contrées lointaines, les évènements historiques, des photos de famille ou encore des images coquines. Le stéréoscope devient populaire au point que des appareils fixes, permettant la visualisation (parfois collective) de plusieurs photos, voient le jour : par exemple, le stéréoscope à colonne de Claude-Marie Ferrier ou le Kaiser-Panorama d’August Fuhrmann. Ce dernier possède en 1909 plus de 250 filiales dans les principales villes européennes. Les stéréoscopes doivent principalement leur popularité à l’essor de la photographie, en particulier grâce à la construction d’appareils photographiques adaptés et au développement des cartes stéréoscopiques. Une véritable industrie voit le jour à la fin du XIXe siècle : la firme Underwood & Underwood possède en 1894 quatre sites de fabrication, dans lesquels 10 millions de tirages sont produits chaque année.

› Autres appellations : Stéréoscope de Holmes, stéréoscope américain, stéréoscope mexicain.

› Ses prédécesseurs :

Fonctionnement

La vision en relief s’obtient de différentes manières. Quelle que soit la méthode, il s’agit de reproduire les conditions de la vision binoculaire naturelle : chaque œil enregistre l’image qu’il voit avec la perspective correspondant à sa position, éloignée de l’autre œil d’environ 6,5 cm. Les deux yeux n’obtiennent dont pas la même image et cette différence permet au cerveau d’estimer la profondeur d’un objet. L’usage d’un viseur stéréoscopique, par exemple à l’aide d’un Kevuko, combiné à des photos adaptées, permet de reproduire la vision en relief en prenant en compte simultanément deux images. Le paysage qu’on souhaite visualiser doit donc, dans un premier temps, être pris en photo comme s’il était regardé par une personne : les appareils employés prennent simultanément, grâce à deux objectifs, deux photos décalées l’une de l’autre d’environ 6,5 cm, donc de la distance qui sépare en moyenne les deux yeux humains.

Carte stéréoscopique adaptée à une visualisation par le Kevuko.

Fonctionnement du Kevuko.

Le Kevuko permet alors d’associer les deux photos en une image unique. Il est composé d’une visière qui empêche la vision latérale et d’une séparation entre les deux yeux évitant ainsi au regard des deux yeux de se croiser. Le regard de chaque œil passe par un prisme qui le dirige vers la photo auquel il est destiné. Le cerveau effectue ensuite la synthèse de l’image légèrement différente sur chaque rétine, permettant ainsi d’obtenir la vision de la troisième dimension.

 

› Références bibliographiques :
Figuier L. – 1867 – Les Merveilles de la science, Jouvet, Paris, 752 p.

Rice M. – 2005 – Histoire de la photographie : de 1839 à nos jours, Taschen, Cologne, 766 p.

Wing P. – 1996 – Stereoscopes. The first one hundred years, Transition Pub, New Hampshire, 262 p.

Anne-Marie Meyer

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Anne-Marie Meyer, Le Kevuko, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 09/04/2018, https://dei.hypotheses.org/677.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.