La boussole

Portrait

Une boussole simple d’avant la Seconde Guerre mondiale.

Compas-clinomètre Chaix (années 80).

Boussole-alidade SLOM (années 50).

 

› Type d’outil : Instrument d’orientation et de navigation.

› Définition : Une boussole (de l’italien bossola, petite boîte) est typiquement constituée d’une aiguille aimantée, libre de s’aligner sur le champ magnétique de la Terre. On parle de boussole pour la navigation terrestre et de compas pour la navigation marine et aérienne. Dans une boussole, une aiguille tourne sur un pivot au dessus d’une table graduée, dans un compas c’est l’inverse : c’est la “table” qui tourne.

Elle fut certainement inventée en Chine plusieurs siècles avant notre ère. Sa première description connue dans la littérature date de 1040, sous le terme d’un “poisson” indiquant le sud. La silhouette d’un poisson était découpée dans une fine feuille de métal. Elle était portée ensuite au rouge, orientée selon le champ magnétique terrestre puis refroidie brusquement dans l’eau, cette trempe conférant au métal une faible aimantation. Traditionnellement la tête du poisson indiquait le Sud.

Il est à noter qu’au XVIIe siècle, certaines boussoles utilisées par les géographes européens indiquaient encore le Sud, contrairement au compas maritime qui lui indiquait toujours le Nord.
Mais la simple aiguille aimantée accrochée à un fil de soie était aussi d’usage courant en Chine dès le VIe siècle après J.-C. Par contre la technique d’aimantation de ces aiguilles n’est pas connue et son utilisation à la mer ne se fera qu’après le Xe ou XIe siècle.

Néanmoins, il est maintenant admis que les premières boussoles n’ont pas été utilisées pour la navigation (terrestre ou maritime), mais pour une pratique de la divination. En effet, le premier système pour indiquer le sud, baptisé Si Nan (pour Si : indiquer et Nan : sud), était constitué par une sorte de cuillère sculptée dans de la magnétite, tournant sur un plateau gravé de signes zodiacaux utilisés dans l’astrologie chinoise.

La boussole n’est introduite en Europe par les Vénitiens ou les Génois qu’à la fin du XIIIe siècle, qui la découvrent chez les Arabes. Ceux-ci connaissaient la boussole flottante probablement dès le XIIe siècle, et celle-ci avait aussi une forme de poisson, ce qui laisse deviner une filiation directe avec la boussole chinoise.

Associée à la rose des vents au début du XIVe siècle, elle donne alors le compas de marine tel que nous le connaissons actuellement. Les compas arborent alors une “ligne de foi”, trait tracé dans l’axe du bateau. Le compas se généralise rapidement en Europe au cours de ce siècle et ouvre la voie aux grandes expéditions maritimes.

› Autres appellations : Compas, Poisson, Si Nan.

› Ses prédécesseurs :

Fonctionnement

Les graduations et les marquages du cadran varient en fonction de l’âge, de l’usage et de la nationalité de l’instrument.

Les anciens compas de marine étaient gradués en 32 quarts de vent ou rhumbs, ce qui donnait 32 aires de vent (ou directions principales selon lesquelles le vent peut souffler). Un quart vaut 11,5°. Ces rhumbs sont subdivisés eux-mêmes en 2, soit 64 unités qui évolueront plus tard en 6400 millièmes (cf. infra). Les anciennes boussoles de mineurs allemands et autrichiens étaient graduées en heures. Chaque 1/24e était subdivisé en 1/8e ou en 1/16e. Les boussoles de géologues germaniques de la fin du XVIIIe siècle portaient encore ce type de graduation. Certains marquages étaient antihoraires.

Le degré, unité la plus utilisée de nos jours, dont l’abréviation est le ” ° ” , se mesure selon un cercle dont le tour équivaut à 360°. Il se divise en minute (1° vaut 60 min ou ’), en seconde (1 min vaut 60 sec ou “), en dixième, en millième. Ce sont les astronomes grecs (Ptolémée…) qui l’utilisèrent les premiers. Le grade, dont l’abréviation est “gon” (remplaçant l’ancien sigle “gr”) se mesure selon une échelle de 400 gon et se divise en dixième et en millième. Le millième d’artillerie (historiquement, le millième vaut 1 mètre vu à 1 kilomètre de distance, soit 6283 millième par tour, ou millième vrai). L’usage a voulu pour une utilisation plus pratique, que les cadrans soient divisés en 6400 millièmes (ou millième ordinaire).

Les boussoles d’infanterie de l’ancien bloc soviétique sont graduées elles aussi en millièmes, mais le cadran est divisé en 60, comme un cadran de montre, et un tour vaut 6000 millièmes. Parfois la graduation est antihoraire.

Néanmoins cette graduation en 6000 millièmes fut aussi utilisée en France au début du XXe siècle pour certains canons antiaériens. On parlait alors de millièmes Rimailho. Jusqu’à une période récente, l’armée suédoise utilisait un tour en 6300 millièmes. Elle en vient maintenant à la valeur de 6400. Les boussoles sont souvent associées à d’autres dispositifs tel que fentes de visée, clinomètres, etc., ceci variant avec l’usage initial de l’instrument.

› Références bibliographiques :
Brathuhn O. – 1908 – Lehrbuch der Markscheidekunst (Manuel d’enseignement des techniques de la mine), 4e édition, Leipzig.

Martel F. – 1972 – Les boussoles divinatoires chinoises, Communications, N°19, pp. 115-137.

Needham J. – 1997 – La boussole marine, une invention chinoise, La Revue, Musée des Arts et Métiers n° 21.

Jean-Christophe Pellegrin

Université de Bordeaux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Christophe Pellegrin (7 mai 2018). La boussole. Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhu2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search