Les lignes d’eau néerlandaises ou l’inondation comme stratégie défensive

Le document

Éditée par l’École Supérieure de Guerre, cette carte représentant la Hollande est tirée d’une carte autrichienne (Mittheilungen für Art. und Gen. de Vienne). Ainsi, si le titre, la légende et les informations sur la carte sont en français, la toponymie est allemande et flamande. La carte a été publiée à la fin du XIXe siècle, l’école Supérieure de Guerre étant créée en 1876, dans le but de former les futurs cadres militaires après la défaite de 1870. Cette feuille se compose de cinq cartes, un plan d’ensemble des Pays-Bas dans le coin en haut à gauche, et 4 plans plus détaillés sur différents secteurs. Le plan II est le plus important et occupe l’essentiel de la feuille, son échelle est d’environ 1/263 000. La seule couleur utilisée est le vert. Les zones en vert et hachurées correspondent aux espaces maritimes. Mais l’information principale du document ressort essentiellement par les surfaces en gris soutenu, à savoir la localisation des secteurs susceptibles d’être inondés dans le cadre de « la ligne d’eau hollandaise », une ligne de défense militaire.

Lignes d’eau de la Hollande, photographie de l’Ecole Supérieure de Guerre, [après 1876], 1 feuille 46 x 44,5 cm, Cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne.

Le fonctionnement

La ligne d’eau néerlandaise (Hollandsche Waterlinie) est une ligne de défense militaire, ayant pour but de protéger la Hollande occidentale où sont concentrées l’essentiel des grandes villes. Cette ligne défensive est basée sur un réseau de fortifications, mais son originalité tient surtout à son système d’ouvrages hydrauliques destinés à inonder volontairement des champs, reproduisant à plus grande échelle le principe des douves au pied des remparts. L’inondation des terres basses se produisait naturellement en certains secteurs déprimés. Un réseau de digues et d’écluses permettait enfin l’ennoiement volontaire de vastes étendues. Les zones inondées artificiellement faisaient la jonction entre les lagunes, formant ainsi une ligne d’eau continue. Le niveau de l’eau restait peu élevé, de quelques dizaines de centimètres, c’était insuffisant pour la navigation des bateaux, mais cela empêchait les déplacements terrestres des troupes ennemies. Des villages fortifiés, des forts et des casemates étaient implantés le long de cette ligne, permettant de stopper définitivement toute tentative de traversée.

Un bouclier pour le cœur des Pays-Bas

Ce système défensif mis en place à partir du XVIIe siècle a été conçu par Maurice de Nassau. L’ancienne ligne d’eau, originelle, qui n’apparaît pas sur la carte, allait de Muiden (en bordure de l’Ijsselmeer) jusqu’à Gorinchem (sur le Rhin) en un arc-de-cercle bombé vers l’ouest (vers Gouda). La carte représente la « nouvelle ligne d’eau » (die neue Wasser Linie en allemand, Nieuwe Hollandse Waterlinie en flamand), construite plus à l’est au XIXe siècle. Cette nouvelle ligne d’environ 85 km de long rejoint également les villes fortifiées de Muiden et Gorinchem, mais l’arc-de-cercle est bombé vers l’est, avec la ville d’Utrecht comme point central. D’autres lignes d’eau complétaient le système défensif des Pays-Bas. Une ligne d’eau méridionale (die südliche Wasser Linie) fortifiée de Willemstad à Hertogenbosch protégeait des invasions par le sud. À l’est, la ligne des fossés (die Grebbe Linie) fonctionnait avec ce système d’inondations, mais était peu fortifiée (quelques batteries). D’autres complexes défensifs plus ponctuels (plans III, IV et V) complétaient le dispositif.

Quel devenir ?

Finalement, ce complexe militaire défensif n’aura quasiment pas servi. Les progrès techniques militaires du XXe siècle rendirent ce système inefficace. En 1940, les troupes allemandes furent simplement parachutées au-delà de cette ligne, et la Hollande fut envahi en 4 jours, alors qu’elle souhaitait rester neutre. De nos jours, ce système défensif, qui n’a donc pas été détruit par les combats, est valorisé économiquement. Le grand nombre d’infrastructures (environ 1 000) restées intactes permet en effet un tourisme lié au patrimoine militaire. On peut notamment citer la ville de Naarden et son système de murailles et de douves en étoile parfaitement conservé. Ce système défensif est un autre témoignage, moins connu, de l’adaptation de la société hollandaise aux conditions d’un milieu naturel caractérisé par les zones basses humides, transformant en atout ce qui peut apparaître comme une contrainte.

Philippe Laymond

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Philippe Laymond, Les lignes d’eau néerlandaises ou l’inondation comme stratégie défensive, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 11/06/2018, https://dei.hypotheses.org/691.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *