Paris, port de mer ?

Le document

Le propos de cette carte est explicitement évoqué dans le titre. Ce document est associé à l’ouvrage Étude sur Paris port de mer, du même auteur, édité par Ambroise Lefèvre en 1886. Cette carte a été éditée en 1887 d’après la Bibliothèque Nationale de France (BNF). Un important cartouche de texte vient expliquer les grands traits de ce projet.

Cette vue panoramique est sans prétention scientifique quant au respect des distances. De même, la représentation des figurés est parlante mais imprécise. La légende est d’ailleurs des plus brèves. Le dessin du relief, de l’habitat, des forts, des arbres, des bateaux et des ponts emprunte à la cartographie du siècle antérieur, alors que les cartes d’état-major du XIXe siècle sont beaucoup plus précises. L’auteur a voulu un dessin attractif, et, l’accent est mis sur les éléments hydrographiques par le choix des couleurs.

De J. Emile Labadie, ancien Directeur du Registre Maritime / Imprimerie de Chaix, Paris, [1887], 1 feuille 80 x 60 cm, Cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne.

Le contexte

La fin du XIXe siècle est marquée par la croyance absolue dans le progrès technique, symbolisé par l’essor industriel et commercial. Cela se traduit notamment par d’énormes aménagements dans les infrastructures de communication, transformant ainsi la géographie des transports. En ce qui concerne les voies maritimes, les années précédentes ont été marquées par des réalisations de grande envergure comme le canal de Suez (ouvert en 1869) et le canal de Corinthe (ouvert en 1893). Les travaux du canal de Panama, prévu sans écluse dans le projet de départ, ont débuté en 1882. Pour l’auteur, l’expérience de ces travaux précédents ou en cours devaient permettre de résoudre les problèmes qui pourraient se poser lors du creusement de ce canal vers Paris.

Les motivations

Selon J.-E. Labadie, ce projet vise à valoriser le rôle de Paris dans la compétition que se livrent (déjà) les grandes villes européennes (Londres, Liverpool, Anvers, Hambourg et Marseille sont évoquées). Ainsi reliée à la mer, Paris, « cette ville essentiellement active et intelligente », deviendrait « sûrement et incontestablement, la plus grande, la plus riche, la plus belle ville commerciale, maritime et industrielle du monde ».

Cet équipement se veut même d’intérêt national, la France se trouvant confrontée aux concurrences industrielles et commerciales des autres puissances européennes (Angleterre, Allemagne, Italie) et américaines (États-Unis, Républiques de l’Amérique du Sud), qui notamment « [inondent nos villes] de leur mauvaise camelote ». Cette infrastructure nouvelle devaient en effet permettre une baisse des coûts de transports et donc du prix des produits français.

Par l’ensemble de ses retombées, ce projet est aussi sensé apporter « la solution de la question sociale, si redoutable de nos jours ». Les bienfaits seraient aussi sanitaires pour Paris (« la question des eaux, des égouts et de l’éclairage serait résolue »). Pour finir, cette infrastructure serait l’élément de protection militaire absolue pour Paris. Grâce à la circulation des cuirassés et à nos « braves marins », « Paris deviendrait […] complètement inexpugnable ».

Les travaux projetés

Pour rejoindre Le Havre à Paris le plus rapidement possible, le projet prévoyait un canal sans écluse, ce qui impliquait un creusement suffisamment important, l’altitude de la Seine étant à 30 m au niveau de Paris. Dans la même perspective de gain de temps, le tracé devait aussi recouper certains méandres de la Seine, ce qui supposait de grands ouvrages.

Pour gérer les flux de bateaux, des travaux portuaires conséquents étaient prévus au Havre et à Paris, mais aussi à Rouen. Des élargissements du canal à Oissel, Andé, Vernon, Mantes et Denouval devaient permettre l’essor économique sur tout le parcours de la vallée. Le port maritime de Paris, d’une superficie de 166 ha, avec 16 km de quais et 6 bassins, serait localisé au Nord-Ouest de la capitale, sur les communes actuelles d’Asnières, Clichy et Levallois-Perret. L’ensemble des équipements portuaires de l’époque (entrepôts, grues, dessertes ferroviaires, etc.) devaient évidemment accompagner l’ensemble.

Philippe Laymond

Université Bordeaux Montaigne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Laymond (25 juin 2018). Paris, port de mer ? Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhun


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search