Le Darién central : un projet de canal avorté !

Le document

Ce document, constitué d’une feuille (73 x 55 cm), a été publié en 1866 par la Société internationaledu canal colombien, et imprimé chez Lemercier et Compagnie, à Paris. Les auteurs sont Lucien de Puydt et Fernand Mougel-Bey. Il s’agit de la carte d’un projet, celui de créer un passage maritime à travers l’isthme Darién, un des tronçons les plus étroits de l’isthme méso-américain, entre Atlantique et Pacifique.

Ce type de vue panoramique est alors relativement fréquent à l’époque. Sur les marges de la carte sont annotés des détails techniques et des chiffres clés du projet. On apprend ainsi que le coût du projet était estimé à 400 000 000 francs de l’époque.

Une dédicace nous apprend que cette carte fut offerte par de Puydt à Marc Maurel, homme de commerce bordelais (Péhaut, 2014), le 7 septembre 1872. Ce document porte les tampons de la Société internationale du canal colombien et de la Société de géographie commerciale de Bordeaux, dont Marc Maurel fut le premier président.

Le projet ainsi que les expéditions menés par Lucien de Puydt dans le secteur en 1861 et 1865 sont rapportés dans plusieurs comptes rendus publiés par des sociétés savantes de l’époque.

Carte panoramique de l’isthme de Darien central (Etats-Unis de Colombie), Lucien de Puydt et Fernand Mougel-Bey, feuille 73 x 55 cm, Société internationale du canal colombien, 1866, Cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne.

Le Darién, une région d’accès difficile…

La région du Darién, à cheval sur le Panama et la Colombie, constitue la zone d’union entre l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. Cette région humide est couverte par des forêts tropicales de basse et moyenne montagne et des zones marécageuses. Des mangroves bordent les littoraux. Les conditions naturelles expliquent que cette région du Darién est très faiblement peuplée, principalement par des populations indiennes, les plus nombreux étant les Kunas. Les aménagements en sont presque absents.Ainsi, cette zone constitue la seule interruption de la route panaméricaine, qui va du nord au sud du continent américain sur plusieurs dizaines de milliers de km. La route s’arrête à Yaviza et ne reprend qu’à environ 100 km plus loin, en Colombie. Les moyens techniques modernes permettraient de faire sauter le « bouchon du Darién », mais le montant serait très élevé. De plus, cette route devrait traverser des zones protégées réparties des deux côtés de la frontière, et de nombreux acteurs s’opposent à cette réalisation. Côté Panaméen, le parc national du Darién, vaste de 575 000 km², est l’un des plus étendus d’Amérique centrale, et l’un des plus riches par sa biodiversité.

Localisation du projet du canal du Darién.

… mais convoitée depuis longtemps

Après sa découverte par Vasco Nuñez de Balboa, l’isthme de Panama prit rapidement une place importante dans l’Empire espagnol d’Amérique : les richesses minières extraites du Pérou transitaient par cette région avant de rejoindre la métropole. Cette situation stratégique entre deux océans a attiré de nombreux pirates (prise de Panama par Henry Morgan en 1671), mais aussi d’autres puissances européennes. Une colonie française, non officielle, essaie de développer le commerce du cacao sur les littoraux du Darién dans la première moitié du XVIIIe siècle, avant d’être chassée par les indiens. Il faut également souligner l’étonnante tentative d’implantation commerciale écossaise, connue sous le nom de projet Darién, à la fin du XVIIe siècle. L’échec humain (environ 2000 morts) et financier de l’entreprise eut comme conséquence le rattachement de l’Écosse à l’Angleterre. Ces déboires se reproduiront au XIXe siècle avec les tentatives de percement de l’isthme du Darién.

Le contexte du projet

À la fin du XIXe siècle, l’État de Panama n’existe pas, il s’agit alors de l’État de l’Isthme, qui fait partie des États-Unis de Colombie, d’où le terme de « canal colombien » donné par la Société internationale en charge du projet. Suite à une guerre civile, ce n’est qu’en 1903 que le Panama, soutenu par les États-Unis, se sépare de la Colombie.

La réalisation de grandes infrastructures maritimes est à l’ordre du jour en cette deuxième moitié du XIXe siècle marquée par les progrès techniques. Le canal de Suez est ouvert en 1869, et à la suite de cette réussite de nombreux autres projets émergent. Certains seront réalisés comme le canal de Corinthe, mais d’autres resteront à l’état de projet comme par exemple le creusement du canal de Paris au Havre (cf. Dynamiques environnementales n° 27). Concernant le percement de l’isthme centre-américain, 28 projets ont déjà été présentés en 1870 dans l’Annale des voyages, de la géographie, de l’histoire et de l’archéologie, lorsque Lucien De Puydt présente le sien.

Le projet technique

En partant de la côte caraïbe, l’entrée du canal devait se situer dans le golfe d’Uraba, dans le port de Puerto Escondido du Sud, à proximité du delta du rio Atrato. Puis le canal en rentrant dans les terres, le long de la rivière Tanela, devait traverser la chaîne montagneuse de San Blas (chaîne de Estoral et de Mali sur la carte), qui constitue la ligne de partage des eaux et la frontière actuelle entre Panama et Colombie. Puis le canal devait se diriger vers l’ouest et suivre le cours du Rio Tuyra. Après 88 km, le canal devait rejoindre le fleuve Tuyra, navigable sur 65 km, jusqu’à son débouché dans le Golfe de San Miguel, qui donne sur l’océan Pacifique. Le parcours canalisé entre les deux océans était donc de 153 km.

De Puydt préconisait un canal entièrement nivelé au niveau de la mer, devant permettre un franchissement rapide de l’isthme « à toute heure et sans aucun empêchement tels que des écluses et des tunnels ». Ceci impliquait des travaux de terrassement pharaoniques, notamment pour franchir le col Tanela-Paya, découvert par lui-même lors de l’expédition de 1865, et qui culmine à 46 m d’altitude. Les travaux futurs du creusement du canal transocéanique étaient présentés de façon très optimiste, notamment à travers ce type de carte, dans le but d’encourager de potentiels investisseurs. Dans les faits, cet optimisme sera vite mis à mal lors du creusement du canal de Panama.

Finalement un canal avec écluses entre Panama et Colón

Le projet du canal colombien était en concurrence avec de nombreux autres projets de franchissement : par l’isthme de Tehuantepec, par le lac Nicaragua et par le Panama proprement dit, pour les principaux secteurs préconisés. Les candidats au creusement de ce canal sont essentiellement la France, le Royaume-Uni, mais aussi les Etats-Unis, pour d’évidentes raisons stratégiques (doctrine Monroe). Entre autres, les français Armand Reclus et Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse, en 1876-1878, parcourent eux aussi le Darién et tout le Panama pour définir le meilleur tracé possible. Un congrès international sur ce sujet est organisé par la Société de Géographie de Paris en 1879. Le passage par le Darién est de nouveau présenté suite à une expédition des Etats-Unis. Un nouveau tracé est proposé par le Commandant Selfridge. Le canal devait partir du golfe d’Uraba et suivre le cours du Rio Atrato vers le sud, avant de tourner vers l’ouest pour déboucher dans le Pacifique au niveau de la baie de Cupica. Ce projet ne sera pas retenu lui non plus.

Finalement, c’est le projet français porté par Ferdinand de Lesseps qui est retenu par la Colombie. Le début des travaux a lieu en 1881 grâce au financement de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama. Suite aux retards liés aux problèmes techniques et au scandale politicofinancier, le projet sera repris et terminé par les États-Unis en 1914, finalement avec des écluses. La réalisation du canal de Panama révolutionna le commerce maritime mondial, le contournement de l’Amérique par le Cap Horn n’étant plus obligatoire. Un siècle après son ouverture, d’importants travaux de modernisations permettront bientôt un franchissement plus rapide et le passage de plus gros navires.
La réalisation d’un canal dans le Darién n’a plus de raison d’être, mais le passage du Darién par voie terrestre, par la route panaméricaine, reste pour les ingénieurs une réalisation d’envergure à réaliser un jour…

Références bibliographiques

De Puydt L., 1868. Explorations in the isthmus of Darien. Proceedings of the Royal Geographical Society of London, vol.12, n°2.
http://reclus.files.wordpress.com/2008/09/puydt-explorations.pdf

De Puydt L., 1874. Projet de canal interocéanique à travers l’isthme de Darien. Bulletin de la Société de Géographie (Paris).

De Puydt L., 1875. Carte d’une partie de l’isthme du Darien (Etats-Unis de Colombie). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525044778.r=lucien+de+puydt.langFR

Plauchut E., 1879. Le futur canal interocéanique de l’Amérique centrale. Revue des Deux Mondes, tome 34. http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Futur_Canal_interoc%C3%A9anique_de_l%E2%80%99Am%C3%A9rique_centrale

Projet Darien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Dari%C3%A9n

Malte-Brun V.A., 1869 – Percement de l’isthme de Darien. Reconnaissance du pays,… par Lucien De Puydt. Annales des voyages, de la géographie, de l’histoire et de l’archéologie. tome 4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69969t.image.langFR.r=de%20puydt

Péhaut Y., 2014. La doyenne des Sénégalaises : la Société Maurel et Prom de 1832 à 1919, Presses Universitaires de Bordeaux, 2 tomes, 1046 p.

Philippe Laymond

Université Bordeaux Montaigne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Laymond (30 avril 2018). Le Darién central : un projet de canal avorté ! Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhu0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search