Chronosquad : critique du tourisme ou des touristes ?

Albertini (G.), Panaccione (G.), Chronosquad. Tome 3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine. – Paris : Delcourt 2017. – (Neopolis) – ISBN : 978-2-7560-7415-3.

L’actualité de l’été 2017 a été émaillée d’articles et de sujets télés et radios sur le tourisme de masse, principalement motivés par diverses manifestations contre le tourisme de masse dans plusieurs villes européennes. Nous n’analyserons pas ici le phénomène en lui-même, un article sur le sujet devrait suivre. Il s’agit ici d’un compte-rendu de lecture d’une bande dessinée[1] (eh oui, pourquoi pas !) dont l’un des auteurs, Giorgio Albertini, soulignait dans une interview à Libération[2] qu’il s’agit d’une critique du tourisme de masse.

Tout d’abord, situons cette œuvre, qui en est à son troisième tome. Elle met en scène une équipe d’agents, le Chronosquad, chargés de surveiller et de protéger des riches touristes voyageant à travers le temps. Le tome 1 commence sur la recherche d’une jeune femme appartenant à une famille influente, et disparue lors de vacances dans un club de luxe en Égypte antique. Il s’avèrera qu’il s’agit d’une fugue, qui illustre d’emblée la question des rapports aux « autochtones », fussent-ils comme ici dans le passé. Plus tard, divers personnages apparaissent, comme cet affairiste sans scrupules, qui organise, en contradiction avec les règles édictées pour ce tourisme dans le passé, le « spectacle » d’une attaque de barbares à Rome au IIIe siècle, avec en parallèle une superbe promo pour voir Pompéi « avant la catastrophe » ! (tome 3, p. 40).

Manifestement fort bien documentés (G. Albertini est archéologue et historien de formation), les deux auteurs font voyager à travers le temps (on appréciera dans cette œuvre les ruses avec les questions temporelles, fondées sur la physique quantique) et pointent ainsi diverses dérives du tourisme tel qu’il est organisé dans cette histoire. Or ces dérives ressemblent fortement, et ce n’est donc pas un hasard, à celles que l’on peut constater dans le tourisme contemporain.

Ainsi, sur le rapport aux autochtones, qui varie selon les clientèles touristiques, du mépris à peine déguisé d’un brin de paternaliste pour « ces braves gens qui font le service à l’hôtel-club », à l’illusion du rapport « authentique » ou du « live like a local ». On retrouve cette variabilité dans la bande dessinée, des touristes résidant dans un club de vacances et pour qui le monde antique (voire préhistorique) n’est qu’un décor, aux fugueurs du tome 1 qui sont persuadés de vivre une expérience authentique parce qu’ils ont franchi les barrières et sont au contact « des vrais gens ». On peut aussi visiter les dédales de la Rome antique comme certains parcourent de nos jours les souks à Marrakech ou Tunis, avec une approche plutôt folkloriste.

Mais finalement, on peut penser que les auteurs mettent d’abord en question la responsabilité de chaque touriste, dont le comportement parfois purement cynique, est le principal moteur des effets du tourisme « de masse ». Toutefois, on ne peut manquer de noter que c’est moins le tourisme de masse que le tourisme élitiste qui est mis en cause dans Chronosquad. On peut sur ce point rejoindre Franck Gintrand qui, dans un article paru sur le Huffington Post[3], pointe que le « front pionnier » des premiers arrivants, ou les exigences spécifiques de certaines clientèles, font plus de dégâts que le tourisme de masse. J’ai pour ma part constaté cela en particulier lors de missions au Vietnam en 2003, dans le cadre du programme de coopération décentralisée de la Région Aquitaine avec la province de Lao Cai : un village de la minorité ethnique Zao se retrouvait confronté à l’afflux imprévu de « backpackers »[4] débarquant à l’improviste, avec comme conséquence non seulement la recrudescence du trafic de drogue avec le Laos voisin, due à la demande en héroïne de la part de certains « backpackers », mais aussi à des problèmes sanitaires en raison de la saturation du système local de traitement des eaux usées, fondé sur un délicat équilibre du lagunage au travers des rizières.

On a pu voir ailleurs (au Nord du Brésil par exemple), de paisibles villages de pêcheurs brutalement perturbés par une clientèle spontanée de voyageurs en mal d’authenticité, se piquant de vivre la vie des pêcheurs, mais surtout préoccupés de trouver à se faire héberger et manger pour pas cher, tout en cherchant à satisfaire ses habitudes. Ainsi, dans un ces villages, j’ai pu observer que le principal bénéficiaire de l’économie touristique nouvelle était l’heureux propriétaire d’une camionnette qui lui permettait d’aller s’approvisionner en coca-cola à la ville voisine, lequel soda était revendu (cher !) aux voyageurs incrustés.

On pourrait conclure que même les meilleures intentions du monde peuvent créer des perturbations ou peuvent être discutées, ainsi de cette mode (?) du voyage « sans rien dépenser », où certains voyageurs/bloggeurs s’enorgueillissent de ne quasiment rien dépenser, comptant sur la générosité des populations locales : où est la limite entre vivre une expérience “authentique” et vivre au crochet des plus pauvres ?

Alain Escadafal

Université Bordeaux Montaigne

[1] G. Albertini, G. Panacione, Chronosquad – Tome 1 : Lune de miel à l’âge du bronze, Paris 2016.

[2] « Chronosquad est une réflexion et une critique contre le tourisme de masse », interview de Quentin Girard, Libération, 10/02/17.

[3] F. Gintrand, 2017. Voici pourquoi ce sont les bobos, et non le tourisme de masse, qui ravagent certains sites. http://www.huffingtonpost.fr/franck-gintrand/les-bobos-et-non-le-tourisme-de-masse-ravagent-sites_a_23073385/

[4] Routard, globe-trotter.

Crédits image : Chronosquad. Tome 3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine, p. 8. © Delcourt.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alain Escadafal (13 mars 2018). Chronosquad : critique du tourisme ou des touristes ? Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhr7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search