La Grande Rivière Artificielle de la Libye : huitième merveille du monde ou folie d’un dictateur ?

 

Principales caractéristiques

› Catégorie : Anthroposite.

› Type de géosite : Rivière artificielle.

› Définition : Projet d’adduction d’eau destiné à transférer l’eau de l’aquifère gréseux nubien situé en partie sous le désert libyen vers le littoral à l’aide d’un réseau de canalisations de plus de 3 500 km. Débuté en 1984, il est destiné à répondre principalement aux besoins en eau de la population urbaine et à atteindre l’autosuffisance agricole.

Bassin de Koufra, image landsat 2005 (http://glcf.umiacs.umd.edu).

› Contexte : Le désert libyen correspond à une des parties les plus sèches du Sahara : 93 % de la surface du pays reçoit moins de 100 mm de précipitations par an. Les oasis sont rares et l’amplitude thermique diurne peut atteindre 35°C dans le sud. Des températures annuelles moyennes supérieures à 30°C ne sont pas rares et les températures nocturnes descendent fréquemment en-dessous de 0°C.

Seule une étroite frange du pays bordant la côte au nord bénéficie d’un climat méditerranéen, mais les précipitations annuelles ne dépassent guère 300 mm par an. Cette étroite bande (5 % du territoire libyen) concentre 90 % de la population, une population dont les besoins en eau sont principalement satisfaits en pompant de l’eau dans les aquifères côtiers et grâce à des usines de dessalement de l’eau de mer. En pompant massivement dans ces nappes souterraines, leur niveau baisse et elles sont peu à peu contaminées par l’intrusion d’eaux salines. Par ailleurs, dessaler l’eau de mer est une activité très coûteuse, trop coûteuse pour fournir de l’eau à l’agriculture.

Pour répondre à ce besoin urgent d’eau potable et rendre le pays autosuffisant en terme de production agricole, Mouammar Kadhafi lance en 1984 le projet d’amener l’eau des aquifères fossiles sahariens vers les villes côtières et développer l’agriculture grâce à l’irrigation.

› Qu’est qu’un aquifère fossile ?

La présence de grandes quantités d’eau dans le désert libyen était connue depuis les années 1950 : elles furent découvertes par hasard lors de travaux d’exploration pétrolière dans la région de Koufra. Cette eau fossile appartient au système aquifère gréseux de la Nubie, un ensemble de nappes souterraines de 150 000 km3 d’eau (Thorweihe, Heinl, 1996), voire de 542 180 km3 selon les estimations sans doute optimistes du CEDARE (2001), connectées entre elles et formant un ensemble transfrontalier partagé par la Lybie, l’Égypte, le Tchad et le Soudan s’étendant sur 2 millions de km2.

Il s’agit d’un aquifère à ressources non renouvelables c’està-dire que l’alimentation des nappes est quasi nulle : au début de l’Holocène, les eaux se sont infiltrées dans le sol, sous des conditions climatiques différentes du climat actuel et ont été stockées depuis cette période. Elles sont donc l’héritage d’un climat plus humide qui a permis la recharge des nappes. En témoigne les peintures et gravures rupestres (ex. sites d’In-Habeter et Mathendush en Libye) qui révèlent une faune africaine qui maintenant subsiste encore dans la savane plus au sud. Depuis, l’aquifère subit les conditions d’un climat semiaride puis aride, provoquant petit à petit un déclin du niveau des nappes souterraines.

› Caractéristiques d’un projet pharaonique

La découverte d’eau dans le désert a fait naître plusieurs projets destinés à approvisionner les populations des villes côtières et à rendre le pays autonome du point de vue de la production agricole. La production de céréales à proximité des puits dans le bassin de Koufra a été rapidement abandonnée. Elle n’était pas rentable et les conséquences pour l’environnement furent particulièrement néfastes, provoquant une forte diminution du niveau de la nappe phréatique.

Exploiter l’eau fossile directement dans le désert est donc un échec, d’où l’idée de transporter l’eau là où elle nécessaire, de l’amener dans la frange côtière vers les villes et vers les zones agricoles. Mouammar Kadhafi lance donc en 1984 le projet “Grande Rivière Artificielle” (“Great-Man-Made-River”). Il prévoit en l’espace de 25 ans et en 5 phases successives de construire environ 4000 km de canalisations en béton de 4 m de diamètre, destinées à transférer 6,5 millions de m3 d’eau chaque jour du Sahara vers les régions peuplées du littoral. Le programme, d’un coût de 25 milliards d’euros (financés grâce aux exportations de pétrole, soit 2/3 du budget étatique), nécessite le creusement d’environ 1 300 puits d’une profondeur de 450 à 650 m et la construction de vastes réservoirs d’une capacité 20 millions de m3 d’eau. En 1992, l’eau atteint les villes de Benghazi et de Sirte et en 1996, Tripoli. À terme, 150 000 ha de terres doivent devenir cultivables.

La Grande Rivière Artificielle de Libye.

› Dangers et mises en garde

Le projet de la “Grande Rivière Artificielle” a été internationalement reconnu, au point que l’UNESCO a accepté la création d’un prix portant son nom. Pourtant de nombreux scientifiques ont émis des mises en garde dès les années 1980. Le système de l’aquifère gréseux nubien contient effectivement une grande quantité d’eau, mais sa répartition et son organisation sont très mal connues. Cette ressource est de plus fossile, donc non renouvelable, sauf de manière très secondaire par de probables connections avec le bassin du Nil et par les aquifères côtiers. Le pompage de l’eau fossile a déjà provoqué l’assèchement d’un certain nombre d’oasis et le niveau de la nappe a diminué. D’après l’UNESCO, la partie nord-ouest de l’aquifère devrait connaître une baisse de son niveau de 80 m d’ici 50 ans, à intensité de pompage égale (Otchet, 2000). Cette diminution du niveau nécessite des puits de plus en plus profonds et implique une exploitation de plus en plus coûteuse. En réalité, même si le système aquifère nubien devait contenir 542 180 km3 d’eau, seuls 15 340 km3 seraient réellement utilisables.

La qualité de l’eau pompée risque par ailleurs de se dégrader, notamment à proximité du littoral, suite aux intrusions d’eaux salines. La concentration de sels dans les sols augmentera également, étant donné que l’eau de la “Grande Rivière Artificielle” est utilisée à 70 % pour irriguer des cultures intensives. Dans un climat semi-aride à aride, cette eau généralement répartie à l’aide d’un système d’arrosage circulaire par rampes-pivots, s’évapore à hauteur de 40-60 %. Elle est donc gaspillée alors qu’elle pourrait être utilisée de manière plus efficace, notamment pour industrialiser le pays.

Enfin, pomper de l’eau dans un aquifère transfrontalier appartenant à la Lybie, à l’Égypte, au Tchad et au Soudan est une source possible de conflits. L’eau dans les nappes n’est pas immobile et prélever de l’eau dans une partie de l’aquifère a des conséquences sur d’autres sections de la nappe. Elles seraient particulièrement fortes à la frontière entre l’Égypte et le Soudan (Salem, Pallas, 2002). Une coopération a été mise en place entre la Libye et l’Égypte à partir de 1992, rejointe par le Soudan en 1996 et par le Tchad en 1999 pour améliorer la compréhension du fonctionnement de l’aquifère et la gestion de l’utilisation de la ressource en eau.

Avenir du projet

En 2011, la “Grande Rivière Artificielle” est utilisée comme moyen de pression par Mouammar Kadhafi pendant le conflit libyen. L’OTAN détruit effectivement quelques sections des canalisations mais les causes de l’interruption de l’approvisionnement en eau à Tripoli en août 2011 sont en réalité multiples : la pénurie de fuel nécessaire au fonctionnement des pompes et le contrôle du réservoir de Tripoli par les forces de Kadhafi y ont également contribué. Les sanctions internationales n’ont pas facilité la remise en état du système, mais dès le 5 septembre 2011, 90 % de la population de Tripoli bénéficie à nouveau de l’eau de la “Grande Rivière Artificielle”.

L’avenir du projet est actuellement difficile à évaluer. La population dépend de l’eau transférée depuis le Sahara. Mais un usage agricole de l’eau fossile pourrait partiellement être remis en cause. La céréaliculture intensive sous climat aride nécessite un arrosage important et coûteux qui se répercute sur le prix du blé, plus élevé que lorsqu’il est importé. Mais le risque le plus élevé provient sans doute de la convoitise des grandes multinationales attirées par ces gigantesques réserves d’eau fossile. Le Fond Monétaire International (FMI) continue à promouvoir la privatisation de l’eau en Afrique et en fait encore une condition d’un soutien financier. La Libye, face aux besoins liés à la reconstruction du pays, pourra difficilement échapper aux pressions. Le résultat des expériences de privatisation de l’eau sur le continent africain est pourtant très mitigé (Tremolet, 2006).

Références bibliographiques :

Khedher O. – 2007 – La Grande Rivière Artificielle de la Lybie et le Développement Durable, Synthèse Technique, AgroParisTech, 18 p. http://www.agroparistech.fr/IMG/pdf/Kheder.pdf.

Otchet A. – 2000 – Black and Blue, Libya’s Liquid Legacy, The UNESCO Courier, pp. 10-13. http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001187/118789e.pdf#118792.

Salem O., Pallas P. – 2002 – The Nubian Sandstone Aquifer System (NSAS), in : APPLEGREN B. (ed.), Managing Shared Aquifer Resources in Africa, IHP-VI Series on groundwater, n°8, pp. 19-21.

Sefelnasr A. – 2007 – Development of Groundwater Flow Model for Water Resources Management in the Development Areas of the Western Desert, Egypt, thèse, Martin Luther Universität Halle-Wittenberg, 190 p.

Tremolet S. – 2006 – Un point sur les privatisations de l’eau en Afrique, Annales des Mines, n°42, pp. 59-68.

Anne-Marie Meyer

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Anne-Marie Meyer, La Grande Rivière Artificielle de la Libye : huitième merveille du monde ou folie d’un dictateur ?, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 14/05/2018, https://dei.hypotheses.org/715.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.