Les chutes Victoria ou « la fumée qui gronde »

Nom local : « Mosi-Oa-Tunya », c’est-à-dire « la fumée qui gronde »
Situation : Afrique australe, cours amont du fleuve Zambèze, frontière Zambie/Zimbabwe
Historique de la découverte : Le médecin, explorateur et missionnaire David Livingstone (1813-1873) est le premier européen à découvrir ces chutes le 17 novembre 1855 lors de la première traversée de l’Afrique d’Ouest en Est (du 20/09/1854 au 20/05/1856).
UNESCO : Site naturel inscrit au patrimoine mondial en 1989 avec 2 parcs nationaux, l’un en Zambie,
l’autre au Zimbabwe.

Télécharger la fiche en pdf.

 

Les chutes Victoria sont les cataractes les plus grandes du monde : 1700 m de rideau d’eau et une centaine de mètres de haut en moyenne (57 m pour Niagara). Situées sur le cours du Zambèze, au cœur de l’Afrique australe, elles sont le symbole par excellence des forces de la nature en action, en l’occurrence l’action de l’érosion régressive des rivières. Point clé entre le cours amont et le cours moyen du Zambèze, 4e fleuve d’Afrique après le Nil, le Congo et le Niger, les chutes Victoria racontent l’histoire de l’évolution changeante du tracé des fleuves avec le temps.

La chute principale appelée “Mains Falls” (cliché : Richard Maire).

Ces immenses cataractes sont uniques à plus d’un titre. D’abord elles sont localisées au cœur de l’Afrique australe dans une région peu peuplée si bien qu’elles demeurent, encore aujourd’hui, moins connues que les chutes du Niagara. Comme elles se précipitent dans un véritable gouffre en forme de longue faille, on ne peut les contempler qu’au dernier moment. En période de crue, le débit passe de 1000 m3/s à plus de 9000 m3/s si bien que le nuage lié aux embruns peut monter jusqu’à 400 m au-dessus des gorges ; il est alors visible à plusieurs dizaines de kilomètres de distance. On imagine donc la stupeur et l’émerveillement qu’a dû ressentir le docteur Livingstone lorsqu’il a découvert, le 17 novembre 1855, « la fumée qui gronde » (Mosi-Oa-Tunya) ainsi dénommée par les populations indigènes. La cataracte actuelle se situe à l’extrémité amont d’une gorge longue de 80 km creusée dans des coulées volcaniques de basalte datant du début de la période Jurassique, il y a 180 millions d’années. La forte humidité ambiante créée par les chutes explique le développement très localisé d’une forêt pluviale alors qu’on se situe dans un contexte semi-aride. Cet écosystème remarquable sert notamment d’habitat et de refuge à diverses espèces d’oiseaux. Les photos aériennes montrent clairement que l’érosion a utilisé une série de failles croisées qui expliquent l’étonnant tracé en zigzag de ce long canyon aujourd’hui pratiqué pour le rafting. Ce type original d’érosion qui part ainsi de l’aval vers l’amont, appelé érosion régressive, est une loi naturelle qui s’applique à tous les cours d’eau.

Les chutes Victoria actuelles ne sont donc pas les premières, il y en a eu au moins sept autres de même ampleur dans le passé ; elles ont été asséchées et abandonnées au profit d’une autre direction de creusement liée à la fracturation et à l’altération des basaltes précisément le long de ces fractures. Aujourd’hui même, on observe que la chute située à l’extrémité ouest (côté Zimbabwe) est en train de reculer et de s’enfoncer, provoquant à terme un abandon des chutes actuelles, pour en former une autre, aussi imposante, dans 100 000 ou 200 000 ans peut-être : un temps court à l’échelle géologique ! Pour les historiens des paysages, les chutes Victoria sont donc bien plus qu’un monument naturel. Elles sont l’emblème d’une région géologique très ancienne et méconnue, celle du Grand Plateau Central Africain. Ici les fleuves ont suivi des tracés qui ont changé au cours des millions d’années. Ainsi, à l’époque des Dinosaures, pendant le Jurassique et le Crétacé, il y a plus de 100 millions d’années, les rivières de la région formaient le proto-Limpopo, c’est-à-dire l’ancien tracé du fleuve Limpopo. Aujourd’hui celui-ci s’écoule à la frontière Afrique du Sud / Mozambique. Et puis, avec le soulèvement tectonique progressif du Grand Plateau Central, une partie des eaux s’est perdue au nord du bassin du Kalahari : c’est aujourd’hui le célèbre delta intérieur de l’Okavango. Dans le même temps, la bordure volcanique du plateau oriental formé par d’anciennes coulées volcaniques a commencé à être attaquée par le Zambèze inférieur permettant ainsi de capturer, il y a probablement quelques millions d’années, les cours anciens du Zambèze supérieur et de ses affluents. Ainsi est né le Zambèze actuel. Dans le futur, on pense que cette érosion régressive du Zambèze, bien en amont des chutes Victoria, pourrait capturer le cours de l’Okavango, supprimant alors son célèbre delta intérieur et renforçant encore le climat désertique du bassin du Kalahari. Une histoire des paysages en constante évolution, mais à un rythme qui n’est pas celui de l’homme.

Richard Maire

CNRS-Université Bordeaux Montaigne

Laurent Bruxelles

INRAP / Institut Français d’Afrique du Sud à Johannesburg


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Richard Maire, Laurent Bruxelles (28 mai 2018). Les chutes Victoria ou « la fumée qui gronde ». Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhuf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search