Les sources de la Snake River (Etats-Unis)

Le géologue Ferdinand V. Hayden au travail en 1870 (NPS). The geologist Ferdinand V. Hayden conducting field work in 1870 (NPS).

Le parc national du Yellowstone est créé en 1872, sept ans après la fin de la guerre de Sécession. En adoptant la loi qui permit la création du premier parc national du monde, le congrès américain posa les jalons d’une nouvelle conception de la protection du patrimoine naturel, d’une part en le préservant de toutes atteintes pouvant nuire à son intégrité, et d’autre part, en le rendant accessible à un large public. La protection du bassin du Yellowstone résulta finalement du plaidoyer des hommes qui l’ont exploré lors de différentes expéditions, notamment à partir de la fin des années 1860. La carte des sources du Snake River représente un extrait de l’itinéraire de la plus connue d’entre elles, celle menée en 1871 par le géologue Ferdinand V. Hayden (1829-1887).

Cette carte (74 x 71 cm) fut éditée par le Département de l’Intérieur du Gouvernement des États-Unis. Elle est issue du “Sixth Annual report of the United States Geological Survey of the Territories”, un rapport édité en 1873 sur les expéditions menées par Ferdinand V. Hayden en 1871. La carte a été élaborée par Gustavus R. Bechler, topographe, et par Frank H. Bradley à partir des relevés et observations effectués lors des expéditions. Elle fait partie d›un ensemble de cartes représentant le relief (soit par courbes de niveau, soit par estompage), le réseau hydrographique, la géologie… de tous les secteurs traversés par l’expédition. La description du milieu naturel est complétée par des annotations sur la nature géologique (« volcanic ridge », « undulating basaltic plateau », « feldspathic bluffs ») rappelant la nature du super-volcan de Yellowstone. La carte donne aussi des indications biogéographiques (« artemisia and good grass », « densely wooded and covered with fallen Timber »). Ces mentions doivent être replacées dans le contexte général de ces expéditions : elles ne correspondent pas seulement à un souhait d’améliorer la connaissance de l’Ouest des États-Unis, mais répondent également à des intérêts économiques, de prospection et d’études de faisabilité en vue du développement de lignes ferrées transcontinentales.

L’expédition Hayden au Mirror Lake, 24 août 1871 (Photo de W. H.
Jackson-NPS).
Mirror Lake, photographed by W.H. Jackson (NPS) on August 24,
1871, during the Hayden Expedition.

L’expédition de F. V. Hayden a été précédée par plusieurs autres. La première description de la région de Yellowstone aurait été donnée par le trappeur John Colter. Celui-ci était membre de l’équipage de Meriwether Lewis et William Clark, qui parvint pour la première fois à traverser les États-Unis par la terre jusqu’à la côte Pacifique (1804-1806). J. Colter parcourut le secteur de Yellowstone entre 1807 et 1808 pour le compte de Manuel Lisa, impliqué dans le commerce de la fourrure. Après J. Colter, d’autres trappeurs s’installèrent dans le secteur, tel David Edward Jackson qui donna son nom au lac et à la vallée situés entre Teton Range et Grosventre Mountains. Les trappeurs francophones travaillant pour la Compagnie du Nord-Ouest furent à l’origine des nombreux toponymes français de la région. Mais après la quasi extinction des castors, le bassin du Yellowstone perdit son intérêt économique. Il le retrouva vers 1860 lorsque des chercheurs d’or commencèrent à prospecter le secteur. Les récits sur les merveilles naturelles d’origine géothermique se propagèrent alors. La première expédition destinée à explorer de manière systématique le secteur fut celle de David E. Folsom, Charles W. Cook et William Peterson en 1869, suivie par celle menée par Henry Washburn, Nathaniel P. Langford et Gustavus C. Doane (1870). Elles confirmèrent les récits fabuleux des trappeurs et soulignèrent surtout l’intérêt du site et la nécessité de le protéger. L’expédition menée par le géologue Ferdinand V. Hayden (1829-1887) en 1871 compléta les connaissances du secteur. Elle fut immortalisée par les photos de William H. Jackson et les aquarelles de Thomas Moran. Le rapport de l’expédition, soutenue par l’US Geological Survey, fut finalement décisif pour convaincre le Congrès des États-Unis de créer à Yellowstone le premier parc national au monde le 1er mars 1872. Ces explorateurs ont donc eu un rôle majeur dans la promotion du site et Nathaniel P. Langford en fut même le premier directeur. Sans parler de prise de conscience environnementale, les autorités comprirent le besoin de conserver des espaces « naturels » et délimitèrent une surface de plus de 8 000 km² mise « en réserve par la nation pour servir les aspirations sportives, esthétiques et culturelles de tous ses membres » (Salmon, 2008). Mais sans moyens financiers et humains, la protection du site, de la faune et de la flore, et sa mise en valeur dans un but touristique ne furent que très sommaires. Le vandalisme et le braconnage ne prirent fin qu’avec la signature par le Congrès du « Yellowstone Game Protection Act » (également appelé « Lacey Act ») en 1894. Toute atteinte au parc pouvait désormais faire l’objet d’une poursuite.

Map of the sources of Snake River with its tributaries, together with portions of the headwaters of the Madison and Yellowstone. From surveys and observations of the Snake River expedition by Gustavus R. Bechler, chief  topographer, James Stevenson, director. Department of the Interior. U.S. Geological survey of the territories. F. V. Hayden, U.S. geologist in charge (cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne).

La création du parc national du Yellowstone fut rapidement suivie par la naissance d’autres espaces protégés : Sequoia et Yosemite en 1890, Mount Rainier en 1899, Crater Lake en 1902… Toutes ces aires furent gérées individuellement jusqu’en 1916, lorsque le « National Park Service Act » mit en place une structure unique, le « National Park Service ». Rapidement, le parc national du Yellowstone devint un site touristique : de 1895 à 1920, le nombre de visiteurs progresse de 5 438 à 79 777, évolution liée au développement d’un véritable tourisme de masse rendu possible par l’aménagement d’équipements et d’infrastructures : construction de gares, de voies ferrées, de routes, de musées, d’hôtels… Au-delà du rôle qu’il joua dans la préservation du patrimoine naturel, le parc devint donc un outil de développement économique : dès 1951, sa contribution à l’économie locale était estimée à 19 millions de $. Actuellement, plus de 3 millions de personnes le visitent chaque année.

Un déjeuner de l’expédition Hayden. Red Buttes, Wyoming. 24 août 1870 (Photo de W. H. Jackson-NPS). Hayden se trouve au bout de la table en veste sombre.
Breakfast during the Hayden Expedition, Red Buttes, Wyoming, August 24, 1870 (photo by W.H. Jackson-NPS). Hayden is at the head of the table in the dark jacket.

Dès les premières expéditions, le caractère exceptionnel du parc a été mis en avant. Il est célèbre pour ses phénomènes géothermiques et regroupe ainsi la majorité des geysers du monde. La carte des sources du Snake River mentionne par exemple « l’Upper Geyser Basin », secteur qui comporte l›un des geysers les plus emblématiques du parc : le « Old Faithful », dont le jet d’eau jaillit environ toutes les 60 à 90 minutes et s’élève sur une hauteur de 30 à 55 m. Le parc connaît d’innombrables sources chaudes, geysers, champs de fumerolles et mares de boues, manifestation de l’activité d’une caldeira qui résulte de l’effondrement d’un volcan, provoqué par une éruption, sur sa chambre magmatique. L’intensité des phénomènes géothermiques s’explique par la minceur de la croûte terrestre qui recouvre la chambre magmatique : celle-ci se situe à une profondeur de 8 à 10 km et serait la plus grande actuellement connue au monde (90 km de longueur pour 20 km de largeur, d’après R. B. Smith et al., 2013). Elle comporte non seulement de la lave, mais également des gaz sous pression, qui provoquent progressivement un soulèvement de la croute située au-dessus de la chambre. Malgré le séisme du 30 mars 2014 de magnitude 4,8 sur l’échelle de Richter, une éruption prochaine du « supervolcan » du Yellowstone ne semble pas probable, la dernière ayant eu lieu il y a 620 000 ans.

Parmi les 59 parcs nationaux actuels, celui de Yellowstone reste certainement le plus célèbre. Depuis 1929, le Parc National de Grand Teton constitue le prolongement sud du parc de Yellowstone. Il recouvre le Jackson Hole ainsi que Teton Range qui culmine à 4 197 m. Dénommé Mount Hayden sur la carte, en hommage au chef de l’expédition de 1871, le nom traditionnel de Grand Teton fut de nouveau officialisé en 1931.

Références bibliographiques :

HAINES A. L., 1977, The Yellowstone Story – A History of Our First National Park, University Press of Colorado, 2 volumes, réédition en 1996.

SALMON F., 2008, Atlas historique des États-Unis, de 1783 à nos jours, A. Colin, 127 p.

SCHULLERY P., WHITTLESEY LEE H., 2003, Myths and History in the Creation of Yellowstone National Park, U of Nebraska Press, 125 p.

SMITH R. B. et al., 2013, Integrative analysis and discoveries of Yellowstone science revealing new interpretations and assessments of earthquake and volcano risk, GSA Annual Meeting in Denver : 125th Anniversary of GSA, 27-30 octobre 2013.

VOS A., 2013, Yellowstone : le réveil du supervolcan est écrit dans le cristal, Campus, vol. 115, pp. 44-47, http://www.unige.ch/communication/Campus/campus115/extramuros.html

ZANINETTI J.-M., 2008, Les États-Unis d’Amérique face au défi du développement durable, Lavoisier, 276 p.

https://archive.org/details/mapofsourcesofsn00bech

http://www.nps.gov/yell/historyculture/index.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Hayden_Geological_Survey_of_1871

Philippe Laymond

Université Bordeaux Montaigne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Laymond (22 mai 2018). Les sources de la Snake River (Etats-Unis). Dynamiques Environnementales Info. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhua


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search