Le Transsaharien : un projet colonial illusoire

Le document

Ce document est une feuille de 30,5 cm sur 23 cm, l’essentiel de sa surface étant occupé par la « carte du chemin de fer Transsaharien ». Au-dessus de la carte sont apportées les précisions de l’origine du document. Celui-ci a été édité par la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux, à l’occasion d’une conférence de Mr Paul Soleillet, tenue le 19 décembre 1879. Rappelons que cette Société créée en 1874 avait pour double objectif de diffuser les nouvelles connaissances sur la géographie, en particulier celles concernant les régions éloignées, et de favoriser le commerce bordelais, ces deux finalités devant agir en interaction. La diffusion de ces connaissances était effectuée par le biais d’un bulletin et à l’occasion de conférences. Le document est en noir et blanc, mis à part deux lignes. En rouge le tracé proposé pour le Transsaharien, et en bleu les secteurs explorés par Paul Soleillet.

Carte du chemin de fer Transsaharien, Paul Soleillet, Société de Géographie Commerciale de Bordeaux, présenté lors de la conférence de Mr Paul Soleillet, séance du 19 décembre 1879, Cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne.

L’auteur

Paul Soleillet est né à Nîmes en 1842. Après de brillantes études à Avignon, il abandonne une carrière naissante dans l’administration, et part assouvir sa soif de voyage en Afrique, en allant parcourir le Maghreb. Le conflit de 1870 le fait revenir en France, puis il repart explorer des secteurs du Sahara encore inconnus des Européens. Il s’adapte aisément au mode de vie des populations qu’il rencontre, et se fait ainsi facilement accepter. Riche de ces expériences, il pose officiellement la question d’un chemin de fer transsaharien en 1874. Il convainc le Ministre des Transports Publics, Freycinet, qui crée en 1879 la Commission Supérieure du Transsaharien. Paul Soleillet effectue ainsi des voyages de reconnaissance en Algérie entre 1872 et 1874, et de Dakar à Ségou entre 1878 et 1879. En 1881, il est chargé de développer la concession française à Obock, sur le territoire actuel de Djibouti. De là, il visite l’Ethiopie et Aden où il meurt en 1886.

Les motivations

Dans le contexte d’essor de la colonisation européenne, les intentions étaient bien sûr économiques (développer le commerce, acheminer les ressources vers la métropole), politiques (affirmer la présence française) et morales (apporter la « civilisation »). Ce chemin de fer, d’environ 3 000 km de long, devait donc être une infrastructure majeure pour l’aménagement global des colonies françaises d’Afrique du Nord et de l’Ouest en reliant les principaux centres par un moyen de transport terrestre moderne : l’Algérie et son port Alger, la Sénégambie et son port Dakar, et le Soudan français avec Tombouctou comme ville carrefour.

Ce terme de Transsaharien fait bien sur référence aux routes commerciales anciennes qui reliaient l’Afrique noire à l’Afrique méditerranéenne, par le biais des pistes empruntées par des caravanes de chameaux d’un puits à l’autre, transportant depuis des siècles les marchandises et les hommes (dont de nombreux esclaves).

Une autre réalisation pharaonique projetée par Paul Soleillet apparaît sur la carte, il s’agit de la jonction fluviale des bassins du Sénégal et du Niger, par le biais d’un canal reliant Bakel et Bamako. Ce canal ne sera pas réalisé, pas plus que le projet de future expédition de Paul Soleillet à travers le Sahara mauritanien (en tiretés sur la carte).

L’histoire d’un mariage

Le projet, très ambitieux, de Paul Soleillet ne peut aboutir face aux nombreuses complications qui se présentent. D’autres expéditions sont menées cependant, mais le massacre de Paul Flatters et de son état-major par les Touaregs en 1881 mettra un coup d’arrêt au projet.

Après cette tragique issue, le projet fut relancé à plusieurs reprises. En 1912, la pacification du Sahara a avancé et le projet est relancé avant d’être bloqué par la Première Guerre mondiale. En 1928, un Office du Transsaharien est créé et le tracé est arrêté, mais la crise économique du début des années 1930 va empêcher sa réalisation. Un ultime essai de relance du projet intervient en 1939, avec notamment des visées militaires (mobiliser rapidement les soldats des colonies). Le régime de Vichy poursuit ce projet sous l’appellation « Méditerranée-Niger », et quelques dizaines de kilomètres de voie furent posées. Mais le projet fut définitivement abandonné après-guerre.

Cette entreprise grandiose posait de grandes difficultés liées aux conditions naturelles (chaleurs extrêmes, approvisionnement en eau, risque d’ensablement, crues des oueds…) et à la longueur du tracé, engendrant un coût conséquent des travaux. Pendant plus de 60 ans, ce dossier fût en discussion, mais les hésitations politiques sur la nécessité de cette infrastructure feront de ce Transsaharien un mirage pour Paul Soleillet et tous les ingénieurs qui lui ont succédé.

Pour en savoir plus :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105699x/f1.image

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1939_num_4_1_5979

http://www.nimausensis.com/personnages/Soleillet/SoleilletRivoyre.htm

http://alger-roi.fr/Alger/transports/bouchet/pages/8_transsaharien_bouchet.htm

Philippe Laymond

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Philippe Laymond, Le Transsaharien : un projet colonial illusoire, in : Dynamiques Environnementales, ISSN électronique : 2607.2653, 11/06/2018, https://dei.hypotheses.org/728.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *