Le littoral basque

À l’extrémité sud du littoral aquitain, la côte basque française, essentiellement rocheuse, s’étire sur une longueur d’environ 40 km (figure 1). Elle est limitée, au nord, par l’embouchure de l’Adour et, au sud, par celle de la Bidassoa. À l’ouest, s’étend le Golfe de Gascogne.

figure 1 : Le littoral basque.

Ce littoral se présente sous l’aspect de baies découpées, de criques et de plages. Les formations géologiques s’y étalent en bandes sub-parallèles au littoral et présentent des âges s’échelonnant du Mésozoïque au Cénozoïque.

Les principaux cours d’eau se jetant à l’océan : l’Adour (à Anglet), la Nivelle (à Saint-Jeande-Luz) et la Bidassoa (à Hendaye), qui constitue la frontière naturelle avec l’Espagne.

Les communes : Anglet, Bayonne, Biarritz, Bidart, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Urrugne et Hendaye y ont une façade littorale.

Le cadre morphologique : un littoral très varié

Du nord au sud de la zone étudiée, le littoral, d’orientation générale NNE-SSW, montre une grande variété de roches et de paysages (figure 2). Plusieurs types de morphologies côtières le long du littoral basque ont précédemment été identifiées (travaux de l’Observatoire de la côte aquitaine, en 2010).

figure 2 : Morphologie des côtes basques (d’après les travaux de l’Observatoire de la Côte Aquitaine, 2010).

A- Entre l’Adour et la Pointe Saint-Martin à Biarritz

Sur ce secteur se trouvent les derniers termes du massif dunaire landais plio-quaternaire, brutalement remplacés vers le sud par des falaises rocheuses jusqu’à Hendaye (morphologie de type 7).

B- Entre la Pointe Saint-Martin à Biarritz et Guéthary

Dans le détail, le littoral très découpé est caractérisé par des presqu’îles et des récifs d’âge tertiaire. Il se caractérise, à Biarritz, par des promontoires rocheux s’avançant vers l’océan (jusqu’à 600 mètres), comme c’est le cas au niveau du « Phare de Biarritz » et du « Rocher de la Vierge ».

À Biarritz, le linéaire de la « Côte des Basques » présente une physionomie de « coude à angle droit » tourné vers l’est. Puis jusqu’à Guéthary, le littoral « à falaises » reprend son orientation générale NNE-SSW.

Le long de ce tracé, les falaises, entre 10 et 60 mètres d’altitude, sont raides (45 à 50°), parfois jusqu’à la verticale, et soumises en général à l’action érosive des vagues et des courants (à marée haute et parfois même à marée basse). En général, les pieds de falaise sont jonchés de débris de roches en relation avec l’érosion des sites. La continuité des falaises peut être interrompue par la présence de vallées (ou ravins), souvent drainées, formant des paysages d’embouchures et de plages. Ces dernières sont essentiellement de type « ouvert » ou de « fond de baies » (comme la Grande Plage de Biarritz et la plage du Port Vieux).

Ici, les côtes sont caractérisées par des morphologies de plusieurs types :
– stratification horizontale avec couverture de sédiments récents et altérite de faible épaisseur (type1) ;
– stratification déformée et meuble avec couverture récente et altérite (type 2) ;
– roches dures et plissées avec couverture récente et altérites (type 3) ;
– altérites en relief bas (type 6) ;
– sables et dunes (type 7).

C- De Guéthary à la baie de Saint-Jean-de-Luz

À partir de Guéthary, le littoral, composé de falaises de flysch d’âge crétacé, prend une orientation ENEWSW jusqu’à Hendaye. Cette inflexion du littoral est due à la présence des Pyrénées et aux mouvements tectoniques qui lui sont liés. Sculptée lors de la transgression flandrienne du Quaternaire, la côte, soumise à l’érosion, est ici composée de baies (baie de Saint-Jean-de-Luz), d’anses (anse de Sénix, de Mayarko, de Lafiténia et d’Erromardie), d’éperons et de presqu’îles. Les anses dont délimitées au nord et au sud par des escarpements (entre 40 et 50 mètres d’altitude) plongeant vers la mer. De façon générale, la pente des falaises est comprise entre 20° et 40°. Trois criques sont observables entre l’anse d’Erromardie et la Pointe Sainte Barbe. Les falaises deviennent alors sub-verticales avec des surplombs. Les côtes montrent une morphologie essentiellement caractérisée par des roches dures et plissées avec des altérites au sommet (type 4).

D- La baie de Saint-Jean-de-Luz
Creusée dans les flyschs crétacés, de 1500 m de long et de 1200 m de large, cette baie est caractéristique d’une ria, ancienne vallée envahie par la mer. La « Nivelle » et le ruisseau de « l’Untxin » se jettent aujourd’hui dans la baie. Elle est protégée par les digues de Sainte Barbe, de l’Artha et de Socoa qui sont construites dans le prolongement de la côte.

Les côtes de la baie se décompose, d’un point de vue morphologique, en fonction :
– des roches dures et plissées avec des altérites au sommet (type 4) ;
– des altérites en relief bas (type 6) ;
– et des sables et dunes (type 7).

E- La Corniche
Vers le sud, le trait de côte présente ensuite un aspect quasi-rectiligne, orientée ENE-WSW. Les falaises du site de « La Corniche » ont une altitude variable et une pente (entre 25° et 45°) en relation avec le pendage des flyschs (lorsque ceux-ci sont orientés vers la mer). La morphologie du littoral est caractérisée par figure 2 : Morphologie des côtes basques (d’après les travaux de l’Observatoire de la Côte Aquitaine, 2010). Le littoral basque des roches dures basculées et non plissées (type 5). Dans ce secteur, trois vallées débouchent sur l’océan.

F- De La Corniche à la Pointe Sainte-Anne
Dans ce secteur, des plis se succèdent ensuite le long du littoral jusqu’à la baie de Loya avec des falaises abruptes aux pendages très forts.

Puis, le domaine d’Abbadia, propriété du Conservatoire du l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres (CELRL), forme une presqu’île de marnes d’âge crétacé dont la pointe sud, appelée « Pointe Sainte Anne », s’avance dans la mer sur environ 800 mètres. La côte est ici très dentelée avec des éperons, des îlots (rochers des « Deux Jumeaux ») et de nombreux rochers « à fleur d’eau ». Les falaises, entre 30 et 40 mètres de hauteur, sont généralement subverticales.

La morphologie des côtes de cette portion du littoral basque se caractérise par :
– des roches dures et plissées avec des altérites au sommet (type 4) ;
– et une stratification horizontale avec couverture de sédiments récents et altérite de faible épaisseur (type1).

G- Hendaye

À l’ouest, la baie de Fontarabie, correspondant aux affleurements de flyschs et de marnes d’âge crétacé, abrite la station balnéaire d’Hendaye-plage. Entre celle-ci et la ville d’Hendaye, la baie de Chingoudy reçoit les eaux de l’estuaire de la Bidassoa. Ici, le littoral est sableux (type 7).

Des unités géologiques essentiellement crétacées

Le littoral basque résulte d’un long passé tectonique aux multiples phases en relation avec la collision entre les plaques ibérique et européenne (responsable de l’orogénèse pyrénéenne) et l’ouverture du Golfe de Gascogne.

C’est au Trias que la sédimentation débute avec un phénomène de rifting et des émissions volcaniques d’ophites. Suit une période de calme tectonique avec la mise en place d’une plateforme carbonatée.

À l’Albien, des mouvements antihoraires de rotation (de 30 à 40°) de la plaque ibérique par rapport à la plaque européenne se produisent. Les deux plaques vont se déplacer le long d’une zone transformante en formant des bassins de décrochement dans lesquels se déposent les flyschs. Deux phases de sédimentation importante vont y avoir lieu : à l’Albien (flyschs noirs) et du Coniacien au Campanien (dépôts de la baie de Loya) (figure 3).

figure 3 : La géologie simplifiée du littoral basque (d’après M. Peter-Borie, 2010 et Razin 1989, Observatoire de la Côte Aquitaine, 2010).

Le long du littoral, l’âge des dépôts s’étale du Trias au Quaternaire.

La série stratigraphique met en évidence la succession suivante :

A- Le Trias
Il est très faiblement représenté le long du littoral. Néanmoins, on peut observer des dépôts de gypse et des argiles rouges du Keuper (Trias supérieur-autour de 210 millions d’années), en intrusions, en filons associées au diapirisme (phénomène tectonique par lequel des roches profondes remontent, souvent jusqu’à la surface du sol, à travers celles qui les recouvraient).

B- Le Crétacé
Les flyschs du Crétacé supérieur forment l’essentiel du relief actuel au Pays Basque français. Ils se composent d’une alternance de calcaires, de calcaires marnogréseux et de marnes pouvant présenter des bancs de silex. Ils affleurent en bandes parallèles au littoral entre Bidart et Hendaye, présentant les dépôts côtiers les plus anciens au nord et les plus récents au sud. Les flyschs sont classiquement assimilés à un empilement de turbidites, formations sédimentaires détritiques mises en place lors d’un épisode d’écoulement gravitaire. Ces séquences type sont souvent érodées à leur sommet ou tronquées à leur base.

On distingue plusieurs types de flyschs le long du littoral :
– le flysch à silex de Guéthary, daté du Coniacien inférieur (autour de 89 Ma) : il se compose d’une alternance de couches d’épaisseurs variables, de calcaires à nodules et bancs de concrétions siliceuses. On y distingue également des interbancs marneux d’épaisseur inférieure à 10 centimètres. Il est caractéristique d’un dépôt de plateforme carbonatée, en milieu marin profond. Son épaisseur totale peut atteindre les 600 à 800 m. Sur le littoral basque, il est observable au sud de Bidart à l’anse d’Erromardie, à Guéthary ainsi que dans la baie de Saint-Jean-de-Luz.

– le flysch marno-calcaire de Socoa, du Coniacien supérieur au Santonien moyen (87 à 83 Ma) formé dans un contexte d’approfondissement de la mer crétacée. Son épaisseur peut atteindre 400 mètres. Il est observable à l’affleurement le long du littoral entre la baie d’Erromardie et la baie de Saint-Jean-de-Luz et le long de la corniche basque.

-le flysch d’Hayzabia avec la turbidite de Makila et les marnes-calcaires de Loya, datés du Santonien supérieur au Campanien moyen (entre 83 et 70 Ma).

Mis en place lors d’une phase de baisse du niveau marin, il se compose de couches de grès et d’éléments grossiers apportés par les rivières. Sur la côte, il affleure sur une partie de la corniche basque et dans la baie de Loya.

– le flysch gréseux, du Campanien supérieur (70 Ma), composé de marnes calcaires grisâtres en bancs comprenant des niveaux de calcaires fins. Il est facilement érodable et affleure peu sur le littoral (baies de Loya et d’Erdikolura, plage d’Hendaye).

On y observe également des marnes :
– les marnes de Bidart, du Maestrichtien (entre 70 et 65 Ma), ou « marnes vertes à Iridium », se composent de marnes (bancs métriques) et de marnescalcaires hémipélagiques (bancs centimétriques à décimétriques). Ces marnes rouges à gris-vert sont plus résistantes à l’érosion. On les trouve à Bidart et à la Pointe Sainte-Anne.

Elles représentent la limite Crétacé/Tertiaire ou limite KT, daté autour de 65 Ma. Cet épisode mondial correspond à l’impact d’une météorite tombée au Yucatan (Golfe du Mexique) et dont on attribue la disparition de la surface de la Terre de nombreuses espèces animales (dinosaures) et végétales, il y a 65 millions d’années.

Non loin, vers le sud, une lame de gypse coupe la série marno-calcaire de Bidart. Il s’agit ici d’un exemple illustrant l’activité mécanique des couches de sel du Trias (notamment du Keuper – autour de 210 millions d’années) qui remontent vers la surface à travers des cassures dans les strates formées lors de l’élévation des Pyrénées.

Dans les formations environnantes, on a pu découvrir des ammonites particulières avec un dernier tour de spire droit déroulé. Ces fossiles révèlent des conditions paléo-biologiques inhabituelles. Ces organismes n’ont certainement pas pu s’adapter et ont rapidement disparu.

C- Le Paléocène

Le Paléocène se caractérise par des calcaires roses, témoins d’un milieu marin peu profond de plateforme carbonatée. On les rencontre à Bidart et à la « Pointe Sainte-Anne » (rochers des « Deux Jumeaux »).

D- L’Éocène

L’Eocène est représenté par des marnes et calcaires marneux, avec une grande richesse fossilifère. Ils se sont formés dans un milieu marin de plateforme. Ces niveaux constituent les falaises depuis la « Côte des basques » jusqu’aux falaises d’Handia sous les collines d’Ilbarritz.

À Biarritz, le littoral montre la grande succession de sédiments exclusivement marins déposés entre l’Eocène (« Lutétien ») et l’Oligocène inférieur (« Rupélien »), soit entre 48 et 28 millions d’années.

Les strates y présentent des pendages de l’ordre de 30°, de direction nord, témoignant de la poussée des Pyrénées. Elles se terminent sous le Biarritz balnéaire par un vaste synclinal étalé. Tous les affleurements sont très fossilifères, riches en foraminifères, comme les nummulites. Un étage « Biarritzien » a d’ailleurs été créé sur la base des populations de nummulites, même si aujourd’hui, il n’apparait plus dans l’échelle stratigraphique internationale.

Côte des basques : elle est constituée de marnes grises de l’Eocène recouverts par des murs et structures de soutènements. Lorsque les niveaux sont visibles, on peut observer une succession de marnes grises et bleues alternant avec des bancs de calcaires gréseux riches en fossiles : foraminifères, pentacrines, échinodermes.

Site de Peyreblanque : Des dépôts du « Lutétien » supérieur (Eocène) sont représentés par deux moignons de calcaire blanc (appelé « calcaire de Peyreblanque ») qui se dressent sur la plage du même nom et sont ceinturés par des écueils, bien visibles par grande marée, de calcaires glauconieux (= argileux) du Crétacé supérieur. On se trouve ici au coeur d’une structure anticlinale.

Rocher du Cachaou : C’est au sein du rocher du Cachaou que l’on peut observer le passage de l’Eocène supérieur à l’Oligocène (autour de 34 millions d’années), dans une série d’alternances de calcaires gréseux et d’argiles marno-sableuses, visible également au droit de la villa Belza.

E- L’Oligocène

Il se compose de :

– marnes et marnes-calcaires, séries épaisses (atteignant 50 m), imperméables car à caractère très argileux, ce qui va favoriser le ruissellement et les glissements de terrain. Ces dépôts peuvent parfois apparaitre en alternance avec de calcaires argileux, des calcaires gréseux, des calcaires organodétritiques ou parfois en contact avec des argiles.

On les rencontre de la « Côte des Basques » jusqu’à la Villa Belza, mettant en contact l’Oligocène et l’Eocène, jusqu’aux falaises de Bidart.

– calcaires et marnes gréseuses, montrant des alternances des strates dures calcaréo-gréseuses et tendres marno-gréseuses. Les bancs marneux sont plus facilement érodés participant à la fragilisation de la côte et au glissement des strates. Ces dépôts sont observés sur l’ensemble des falaises de la « Chambre d’Amour » à Anglet au « Plateau de l’Atalaye » à Biarritz.

Le Phare de Biarritz : ce site se compose de calcaires gréseux oligocènes lités sur une épaisseur d’une cinquantaine de mètres. Ces dépôts s’étendent au nord jusqu’à la plage de la « Chambre d’Amour » à Anglet.

Grande plage : Vers le sud, on peut observer les étages de l’Oligocène, au niveau de la « Grande Plage » de Biarritz, depuis le Musée de la Mer jusqu’au Phare Saint Martin, sous la forme de calcaires et de grès interstratifiés d’âge Oligocène. Ce site se trouve au centre d’un synclinal, orienté est-ouest.

F- Le Quaternaire

Cette période est représentée par des sables littoraux et des alluvions sablo-graveleuses très altérées. Les nappes du Pliocène sont entaillées par des terrasses sablo-argileuses quaternaires. Elles se localisent au nord de la « Chambre d’Amour ».

L’érosion du rivage et le modelé des paysages

Les rivages évoluent sous l’effet de nombreux facteurs climatiques et environnementaux. Le réchauffement climatique actuel entraine une remontée du niveau global des océans de l’ordre de 3 à 4 mm/an (soit 30 à 40 cm/siècle). Le long du littoral basque, les côtes reculent de 20 cm/an en moyenne (figure 4).

figure 4 : Recul moyen annuel du sommet des falaises (Observatoire de la Côte Aquitaine, 2010).

A- Les facteurs de l’érosion

1- Facteurs climatiques

La zone est soumise à un climat de type « tempéré océanique », caractérisé par une pluviosité relativement fréquente et des températures douces du fait de l’influence du courant chaud de la Dérive Nord-Atlantique (rapport BRGM-52370-FR).

– les précipitations : les valeurs annuelles de la pluviosité le long des côtes atteignent 1500 mm, avec une moyenne de 143 jours par an de pluies supérieures à 1 mm.

L’alternance entre des épisodes de pluviosité (humectation des argiles) et de sécheresse (dessiccation) entraine une baisse de la cohésion des falaises argileuses et leur fissuration suivant leur nature. Les eaux de pluie, en s’infiltrant, compromettent la stabilité du littoral et sont responsables d’une importante érosion continentale, qui se manifeste notamment par la dégradation des flyschs en altérites (voir paragraphe suivant).

– les températures : sont douces et affichent une moyenne annuelle de 13,5°C. Les gelées ne dépassent pas 9 jours par an et les épisodes neigeux sont très peu fréquents (1,6 jours par an en moyenne). Il en résulte que l’incidence des variations de températures sur les falaises (cryoclastie, thermoclastie) semble négligeable dans le processus d’érosion.

– l’insolation : est difficilement quantifiable mais intervient dans les processus d’humectation et de dessiccation des falaises argileuses, entrainant des fissurations et, à terme, favorisent des glissements de terrains.

– les vents : le long de ce littoral, les vents sont fréquents mais de vitesse modérée, avec une moyenne interannuelle de 3,6 mètres par seconde. Les vents ne dépassent les 25 mètres par seconde plus de 3,5 jours par an lors de tempêtes. La direction générale des vents est N-W à S-W. En été, ce sont les vents de direction N-W à W qui prédominent. Les vents soufflent également de la terre, montrant alors une direction S à S-W. L’impact des vents se ressent sur l’agitation de l’océan, engendrant des houles et des variations de niveau, ainsi que sur le transport le long du littoral des sédiments, essentiellement des sables fins.

– les évènements de tempêtes : jouent un rôle essentiel dans l’attaque de la côte car ils entrainent une hausse temporaire du niveau de la mer. Lors des tempêtes hivernales, l’érosion provoquée par les fortes houles et les vagues sur le littoral est alors plus intense, car leur zone d’action est plus étendue (haut de plage, pied de falaise) du fait, notamment, des surcotes. Parmi les derniers évènements les plus dynamiques sur le littoral aquitain, on retiendra la tempête de décembre 1999 où se sont conjugués à la fois les vents violents de la tempête et une pleine mer de vives eaux exceptionnelles de coefficient 120.

2- Facteurs environnementaux

Parmi ces paramètres, on pourra distinguer les facteurs océanographiques (tels que le niveau marin, la marée, la houle, etc.), les facteurs continentaux (les apports sédimentaires, la végétation).

– l’élévation du niveau marin : depuis la fin de la dernière période glaciaire, et le réchauffement climatique qui s’ensuit à partir de 18 000 ans, le niveau marin ne cesse de monter. D’abord à grande vitesse entre 18 000 et 6 000 ans, la remontée se ralentit mais progresse toujours aujourd’hui de l’ordre de 3 à 4 millimètres par an. Cette progression agit de manière plus importante sur le littoral en accroissant l’érosion sur la zone d’action des vagues, des houles et des marées.

– la houle et les courants (figure 5) : La houle, phénomène ondulatoire généré par les vents, est l’agent prépondérant de la dynamique du littoral. Les houles ont une période comprise entre 8 et 14 secondes et une direction dominante entre le NW (liés aux houles de tempêtes) et le WNW (les houles frontales sont également importantes). Les différentes directions de houle entrainent la formation de courants qui peuvent être opposés. La « dérive littorale » correspond au courant parallèle à la côte généré par des houles obliques. Les « courants de décharge » sont orientés perpendiculairement au littoral et sont issus des houles frontales.

figure 5 : Cartes des courants le long du littoral basque (d’après documents du BRGM).

C’est le long du littoral basque que les houles sont les plus fortes du fait notamment de l’orientation du trait de côte (au fond du Golfe de Gascogne) et à la bathymétrie (plateau continental réduit permettant à la houle de garder une certaine vitesse avant le déferlement à la côte).

– la marée : De type semi-diurne et d’un période de 12 h 25, l’onde de marée peut atteindre une amplitude de 5 mètres par vives-eaux exceptionnelles. Son action sur le littoral est double, modifiant le niveau d’action des houles et constituant d’importants courants dans les embouchures (formant des barrières hydrauliques). C’est lors des marées de pleine mer de vives eaux que l’érosion du littoral va être la plus intense. Les vitesses des courants de marée sont relativement faibles car ne dépassant pas les 0,25 mètre par seconde. Elles contribuent faiblement à des mouvements significatifs de sédiments.

– les apports sédimentaires : actuellement, les plus grands exutoires le long de la côte aquitaine (estuaires de la Gironde, de la Nivelle et de la Bidassoa ; bassin d’Arcachon) ne relarguent que peu ou pas de sédiments sableux, susceptibles de pallier les départs de sables, engendrés par les courants côtiers et les houles. Le long du littoral basque, les apports sédimentaires de la Nivelle et de la Bidassoa en provenance des Pyrénées sont essentiellement constitués (de 80 à 90 %) de sédiments très fins, argiles et limons en suspension.

– la végétation : elle constitue une protection efficace contre le ravinement, même si elle n’empêche pas les glissements de terrain. La végétation du littoral basque est en relation étroite avec le climat océanique. Le littoral basque une flore diversifiée d’espèces de type « atlantique », bien que l’on y distingue également de nombreuses espèces méditerranéennes. Cette végétation s’étage en fonction de la pente du terrain, de son exposition, de la nature des sols ou de la roche en présence, etc. Sur les flancs et les sommets des falaises, poussent préférentiellement ajoncs, bruyères et fougères en fonction de la salinité du milieu. Au pied des falaises, face à l’océan, les espèces végétales se font plus rares et plus spécialisées.

C- Facteurs anthropiques

Les activités humaines les plus impactantes sur le littoral sont représentées par l’urbanisation, les activités économiques et industrielles et la défense des côtes.

– l’urbanisation : la frange littorale basque est la plus urbanisée du littoral aquitain. A la problématique de l’augmentation de l’espace bâti sur le littoral s’ajoute celui de la collecte et du traitement des eaux usées.

– les activités économiques et industrielles : parmi celles-ci, on retiendra l’action sur le littoral, d’une part des barrages, qui retiennent les sédiments, et d’autre part, les extractions de matériaux (dans les rivières et cours d’eau) et les dragages qui diminuent les apports solides à la côte. Le déficit d’apport sédimentaire au littoral est en partie responsable de son érosion. Les extractions de matériaux sur le littoral sont interdites car favorisant les effondrements de falaise et les glissements de terrain.

– la défense des côtes (figure 6) : elle s’organise différemment en fonction de la nature de la côte. La défense des côtes est active sur le littoral basque et efficace à court ou moyen terme. Elle nécessite des moyens financiers importants et entraîne souvent une modification des paysages (par la stabilisation des falaises, la disparition de certaines plages, etc.).

figure 6 : Les systèmes de défense utilisés sur la côte basque (d’après N. Duchêne-Marullaz).

Dans le cas de côtes à falaises, les ouvrages installés peuvent être :

– des perrés ou des murs : stabilisation du rivage mais provoque une érosion accrue de la plage sousjacente par réflexion de la houle et augmentation de la dynamique au pied des ouvrages ;

– des enrochements ou digues (non consolidés) : protègent mais sont soumis à la déstructuration par les vagues et les houles. Ils deviennent alors inefficaces s’ils ne sont pas entretenus ;

– des consolidations : conduisent à prendre en compte une falaise dans son intégralité, du pied au sommet, en associant différentes techniques comme le drainage de la nappe phréatique, des terrassements, le positionnement de murs de soutènement, un aménagement paysager, etc..

Dans le cas des plages sableuses, les ouvrages mis en place sont plutôt :

– des ouvrages longitudinaux comme des murs de protection ou des cordons d’enrochements :

ils protègent le littoral (bâtis, infrastructures) mais entrainent l’érosion des plages en favorisant la rupture de l’équilibre sédimentaire entre la plage et la dune ;

– des ouvrages transversaux comme les épis et les digues : ils retiennent les sables transportés par la dérive littorale. En favorisant leur accumulation, ils permettent de (re)créer ou de maintenir une plage mais de ce fait, ils entrainent l’amaigrissement voire la disparition de plages en aval ;

– des ouvrages portuaires : qui permettent d’entretenir des activités économiques liées à la mer (construction de digues pour l’accès au port) mais qui perturbent le transit des sédiments en créant l’érosion de plages en aval, par exemple ;

– la protection des dunes : nécessaire car elles sont soumises aux piétinements et à l’action des vents, qui ont tendance à favoriser le départ des sables. Le cordon dunaire littoral est géré par l’Office National des Forêts : plantation d’oyats ou d’espèces dont le système racinaire retient les sables, dépôt de branchages (pins) sur les dunes, mise en place de barrières sableuses et aménagement de sentiers balisés.

IV- Un littoral en mutation

Les différents facteurs d’érosion de la côte sont responsables de l’instabilité du littoral basque.

A- Dynamiques continentales et marines

– le ravinement et le ruissellement : les falaises sont exposées aux orages et aux précipitations et peuvent subir un ravinement intense sur les couches argileuses imperméables. Lorsque la pente est trop faible et/ou végétalisée, les ravinements sont moindres ou quasi nuls (de Sénix à la Pile d’Assiettes, par exemple).

– les glissements : ils sont provoqués par l’importance des précipitations et du ruissellement des eaux continentales ainsi que par les attaques répétées de la mer (vagues, houles) sur la façade océanique. Il en résulte des effondrements des falaises appelés « ripages ». On distingue plusieurs types des glissements :

– les glissements bancs sur bancs : ils se produisent dans le cas d’une dalle calcaire où le banc supérieur « ripe » sur un banc inférieur. La rupture peut être favorisée par une forte humidité de la falaise et la présence d’un film d’eau entre les couches (cas rencontré au niveau de La Corniche).

– les glissements sur joints marneux : ils se produisent dans le cas d’une discontinuité (lit argileux ou marneux) sur laquelle les couches vont glisser. Ils sont fréquents du fait de la présence des flyschs le long du littoral basque.

– les glissements rotationnels : ils se produisent dans le cas de la dégradation des flyschs par dissolution des calcaires liée aux eaux d’infiltration. Ils se manifestent par des effondrements et des éboulis en pied de falaise (de la Pointe de Sainte Barbe jusqu’à Sénix, au niveau de la baie de Loya…).

– les éboulements : ils correspondent à un détachement de niveaux marno-calcaires d’une falaise, entrainé par la gravité. Ils sont dus à la fracturation des roches ou à l’infiltration des eaux continentales dans les diaclases du substrat (presqu’île de Sainte Anne, Baie de Loya).

– la disparition des plages et le transit des matériaux : les courants liés aux facteurs environnementaux décrits précédemment entrainent les sédiments le long des plages sous-marines, les redistribuant parfois au long du littoral.

B- Des paysages qui se transforment

Les altérites sont issues d’une ou plusieurs phases d’altération des flyschs, au cours du Néogène (photo 1, Peter-Borie, 2008).

photo 1 : Roche mère (flyschs) et des altérites susjacentes (Peter-Borie, 2008).

Elles sont composées de niveaux millimétriques d’argiles plus ou moins silteuses ocre-rouge à grisbleuté et de bancs de chailles fracturés. Souvent, des blocs marno-calcaires, de formes variées et à contours arrondis, sont observés « flottant » dans une matrice argileuse. La transition entre la roche-mère saine et l’altérite est marquée par la présence d’un niveau karstifié dont la délimitation se distingue par un front de saprolitisation (au contact de l’altérite) et un front d’altération (au contact de la roche-mère saine). L’épaisseur de l’altérite peut atteindre plusieurs dizaines de mètres. Une altération « différentielle » est mise en évidence. Elle est fonction de la nature lithologique de la rochemère :

– Plus leur teneur en carbonate de calcium est élevée et plus les flyschs seront dégradés par les eaux d’infiltration (karstification).

– Plus ils contiennent de sables et plus ils sont également soumis aux circulations d’eau (infiltration). Guéthary apparait comme un site littoral où la transformation des flyschs en altérites est parmi les plus spectaculaires, se manifestant par une fragilisation des dépôts et un risque accru de glissement de terrain. Cette variation d’altération donne naissance à la diversité des paysages du littoral basque. En fonction de la nature des roches et de l’intensité de leur altération, les paysages peuvent prendre plusieurs formes (figure 7) :

figure 7 : Morpologie des côtes basques en fonction de la dureté des roches (La Côte Basque, recueil pédagogique, Aubié et al.).

– Phase 1 : formation de falaises entaillées par des rivières (cas de Ciboure, par exemple) ;

– Phase 2 : ouverture de passes dans la roche dure et creusement de baies dans la roche tendre ; formation de plages (baie de Saint-Jean-de-Luz) ;

– Phase 3 : aplanissement des reliefs et formation d’îlots résiduels (exemple de Bidart) ;

– Phase 4 : régularisation du littoral et formation d’une grande plage (exemple des plages sableuses au nord de Biarritz).

C- Parades contre l’érosion

Parmi les ouvrages de défense utilisés, les enrochements des pieds de relief sont les plus fréquemment mis en place (figure 8).

figure 8 : Les ouvrages de protection le long du littoral basque (Peter-Borie, 2008).

Ces dispositifs sont en général complétés par des ouvrages maçonnés (perrés, murs de soutènement et digues) dans les zones les plus urbanisées (la Baie de Saint-Jean-de-Luz), ou au dessus des plages les plus touristiques (plages d’Erromardie à Saint-Jean-de-Luz, de Parlementia et de l’Uhabia à Bidart).

Les falaises sont stabilisées par un drainage et un reprofilage afin de stabiliser l’ensemble du versant.

Parmi les secteurs particulièrement sensibles à l’érosion, la Baie de Saint-Jean-de-Luz, l’Anse d’Erromardie et les reliefs côtiers de la commune de Guéthary et du nord de la commune de Saint-Jean-de-Luz, sont constitués de formations marno-calcaires du Crétacé supérieur et/ou leur altérite.

Conclusion

Les côtes rocheuses demeurent fascinantes pour les amoureux des sciences de la Terre. Le regard est immanquablement attiré par les plis que forment les strates, parfois même à la verticale. Les paysages y sont variés, reflet de cette lutte perpétuelle entre les éléments. L’étude et le suivi de leur évolution est essentielle, rôle aujourd’hui assuré par l’Observatoire de la Côte Aquitaine, afin d’en assurer une meilleure gestion.

Bérengère Clavé-Papion

TERRAGEOLIS / Observatoire de la Côte Aquitaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.